Une Télévision française

Thomas Quillardet / Cie 8 avril

Fin des années 80. Thomas Quillardet chronique l’histoire d’une dizaine de journalistes de la plus puissante rédaction de France de l’époque, celle de TF1, au cœur d’une soudaine révolution : sa privatisation. Thomas Quillardet met en branle la machine à souvenirs, pour une pièce de théâtre unique en son genre.

« Mitterrand ne peut pas laisser faire ça ! » Et pourtant si. Nous sommes en 1987. TF1, première chaîne de l’Hexagone, est en passe d’être rachetée par Francis Bouygues. Sous nos yeux, une chaîne de télévision change de main et c’est un monde qui commence sa mutation.
Les journaux télévisés et les magazines de la chaîne se mettent alors au diapason de nouvelles méthodes managériales et journalistiques, imprimant dans les consciences françaises un décryptage de l’actualité et du réel, dicté désormais par la course à l’audience.
Toute une histoire française se dessine par le prisme exclusif des journaux de TF1. Les premières crispations sur la place de l’Islam en France, des jeunes et des femmes dans la société, les lignes idéologiques qui se floutent entre la gauche et la droite, un traitement des banlieues et des périphéries particulièrement stigmatisant…
Thomas Quillardet, à l’écriture et à la mise en scène, portraitise ces années de catéchisme cathodique où le 20h était une messe, avec le renfort des figures de l’époque. La scène verra ainsi défiler Mitterrand, Chirac, Anne Sinclair ou Claire Chazal !
Après avoir traité avec délicatesse et humour du couple et de l’amour avec Où les cœurs s’éprennent (inspiré de Rohmer et passé par La Coursive), il déploie désormais un théâtre plus engagé. En abordant les années épiques de la naissance du journalisme libéral, dans un dispositif ultra audacieux et servi par un collectif au cordeau, Thomas Quillardet fait passer son œuvre dans le champ du politique. Et c’est passionnant.