Un Conte de Noël

d’après Arnaud Desplechin / Julie Deliquet / Collectif In Vitro

Après un Fanny et Alexandre (d’après Bergman) ovationné la saison dernière à la Comédie-Française, Julie Deliquet s’empare du film d’Arnaud Desplechin, Un Conte de Noël. Un huis clos familial aux allures de drame tragi-comique, avec ses non-dits douloureux et ses terribles jalousies. Jolie promesse.

Le cinéma et la famille fascinent Julie Deliquet. Deux bonnes raisons pour proposer à Arnaud Desplechin d’adapter à la scène Un conte de Noël, peut être son film le plus marquant. Le cinéaste lui répond alors qu’il serait ravi de voir le théâtre « envahir un de ses films », tant sa dette envers cet art de la scène est immense. Le projet, pour douze comédiens placés sur une scène encadrée par deux gradins, est adoubé avec curiosité et bienveillance par son auteur.
Pour le réveillon, une famille se réunit dans une grande demeure à Roubaix. Liens du sang, généalogie contrariée, maladie, deuil, théâtre et religion ; mais aussi tendresse, pardon, amour et résilience sont autant de thématiques abordées avec finesse par le long-métrage. Un doux mélange de drame et de comédie.
La saison dernière, Julie Deliquet présentait à La Coursive Nous sommes seuls maintenant, pièce issue d’un processus d’écriture collective, où les langues se déliaient déjà lors d’une fête de famille. Cette revisitation théâtrale du scénario de Desplechin sera très certainement l’un des projets les plus attendus de cette saison.