Sur le fil

Pyramid

La danse hip-hop, entraînante et généreuse, de la compagnie rochefortaise Pyramid s’installe dans une salle d’attente. Six danseurs y patientent. Quelques chaises, une porte close, une plante verte, la situation est propice à l’expression des énergies, à l’imaginaire du langage des corps, dans des situations cocasses ou poétiques, où les figures du hip-hop croisent le théâtre et d’autres styles de danse.

Sur le fil est la douzième création de la compagnie depuis ses débuts, en 2001. Partage, échange, ténacité et curiosité sont leurs moteurs. Ces quinze années de travail ont permis à ce collectif de danseurs de trouver une place de choix dans le paysage chorégraphique national et international. Leur implication dans la vie locale est, elle aussi, exemplaire. Mais pourquoi aime-t-on autant Pyramid ? Avant tout parce que ça danse !
Avec une fraîcheur sans cesse renouvelée, ces interprètes de haute volée technique poursuivent leur route dans l’univers du hip-hop avec force et exigence. A l’image d’Index ou de Ballet Bar, leurs précédentes créations, Sur le fil puise dans leurs histoires et leur quotidien les ressorts d’un spectacle facétieux, où chaque objet devient vecteur de sens et de danse.
A la composition musicale, la compagnie s’est offert les services de Michel Delage et de l’alchimiste rochelais Jean du Voyage. Un écrin parfait pour les corps des danseurs. Plus les années passent chez Pyramid, plus la notion de performance, si liée au hip-hop, se fait poésie et émotions.

Leur belle envie d’en découdre ne s’adresse pas seulement au public, très vite conquis par leur virtuosité, mais aussi avec une forme de théâtre sensible, où l’art du mime, voire du clown, fait merveille. Le JDD