Robin McKelle

Melodic Canvas

Après plusieurs albums teintés de soul et de blues comme autant de digressions jubilatoires, Robin McKelle revient à son premier amour, le jazz et sa pureté acoustique. Sans pour autant délaisser ce groove si particulier qui la caractérise, la grande dame opère ce retour en grâce avec un huitième album radieux.

Melodic Canvas a ainsi été entièrement écrit, conçu et arrangé par l’américaine. C’est après une tournée aux côtés du pianiste Danilo Perez (membre du Wayne Shorter Quartet) et du contrebassiste « star » Avishai Cohen, que Robin McKelle explique avoir retrouvé le plaisir du risque, de l’improvisation, la liberté virtuose inhérente au jazz. Sans filet, l’adrénaline est plus forte. Un titre en français vient même se glisser dans la playlist, hommage au pays qui l’a tant soutenue.
Que de chemin parcouru depuis sa dernière visite à La Coursive, il y a dix ans maintenant ! Sa voix caméléon de contre-alto, habitée par les échos envoûtants des grands chanteurs de l’après-guerre, lui a en effet permis d’évoluer dans de nombreux registres depuis la fracassante éclosion de son premier album, en 2006. Signés chez Blue Note, les opus se suivent sans se ressembler. Du trio au big band, ses influences s’étoffent.
Et c’est diaboliquement bien entourée que Robin McKelle opère ce très beau retour aux sources, sous le regard bienveillant des fantômes de Sarah Vaughan et Ella Fitzgerald. Welcome back, Miss McKelle.

Un joyau au cœur d’une production de velours. L’Express

Acoustique, sobre mais toujours très ancré dans le blues et le groove, Robin McKelle joue à loisir sur différentes textures. FIP