Richard Bona & Alfredo Rodríguez

feat. Taylor Gordon

La carrière du bassiste et chanteur camerounais fait frissonner tous les jazzmen du globe. Tandis que le pianiste cubain est le protégé de Quincy Jones. Les sonorités métissées d’Alfredo Rodríguez et le groove du génial Richard Bona s’unissent pour un projet excitant : leur premier album commun, à l’aura encore mystérieuse…

Jacques Higelin, Pat Metheny, Bobby McFerrin, Stevie Wonder, Harry Belafonte, Herbie Hancock, Salif Keita… la liste des collaborations de Richard Bona donne le vertige. Entre New York et Paris, il promène son style unique, campé au carrefour d’une foule d’influences (jazz, bossa, pop, afro-beat, chants traditionnels, funk…). Il a donné à la musique africaine une dimension nouvelle, réellement universaliste.
Alfredo Rodríguez quitte Cuba et sa famille en 2009 pour s’installer aux États-Unis, afin de poursuivre son rêve : travailler auprès de Quincy Jones, qui l’a adoubé dès leur première rencontre trois ans plus tôt, au Montreux Jazz Festival. Coup de foudre musical immédiat du producteur pour le jeune pianiste. Formé dans les rigoureux conservatoires classiques de La Havane, il s’inspire autant de Bach ou Piazzolla que des rythmes afro-cubains, mâtinés de jazz. Un parcours fulgurant épris de liberté, pour ce virtuose cosmopolite à l’énergie contagieuse.
Bona et Rodríguez feront ici route ensemble, prenant un plaisir fou à mélanger leurs univers, rejoints sur scène par la jeune et impressionnante percussionniste de la Nouvelle-Orléans, Taylor Gordon. L’amitié de ces deux comètes du jazz se concrétise avec ce nouveau projet, comme un pont jeté entre l’Afrique et Cuba.