Quintette de cuivres des Siècles

Paris 1870

Avec ce programme festif, les cuivres solistes du prestigieux orchestre Les Siècles redonnent vie à une partie du folklore de la Belle Époque, à travers une musique enjouée et virtuose. Pour magnifier ce répertoire, ils le font sonner et résonner sur de vénérables cuivres conçus fin XIXe, à la même époque.

Kiosque, orphéon, flon-flon… Ces mots évocateurs réveillent le souvenir de toute une imagerie de la société du XIXe siècle, l’époque de la création des kiosques à musique, des salles de concert populaires, des conservatoires municipaux… En 1912, Dukas composa une Fanfare pour précéder la Péri, pour les cuivres seulement. En effet, les premières pages de La Péri sont très calmes et l’intérêt d’une telle fanfare était de permettre à l’auditoire, habituellement bruyant, de s’installer dans la salle avant que ne commence le ballet proprement dit. Cet élan de bonne humeur se poursuit avec la Marche funèbre d’une marionnette de Gounod, parodie légère reposant sur un jeu de décalage entre le sérieux des funérailles d’un être cher et le burlesque des personnages d’une troupe de marionnettes.
Le quintette nous fera redécouvrir également le magnifique Victor Ewald, dont l’œuvre pour cuivres est resté un sommet du répertoire et les Sérénades d’un mystérieux G., partitions inédites retrouvées par nos aventuriers à la Bibliothèque nationale de France !
Par cette mosaïque de thèmes tirés du folklore français, le Quintette de cuivres des Siècles redonne vie au son des quintettes qui jouaient dans les salons de Napoléon III et dans les kiosques des plus grands parcs parisiens. Sonnez trompettes !