Que du bonheur (avec vos capteurs)

Thierry Collet / Cédric Orain / Cie Le Phalène

Magicien inclassable mêlant subtilement théâtre, illusion et mentalisme, Thierry Collet est l’un des grands noms de la magie nouvelle hexagonale. À La Coursive, la saison passée, lors de son époustouflant solo autobiographique ou à l’occasion de sa « Magic night », il n’a cessé de subjuguer son auditoire. Son dernier spectacle, plus interactif que jamais, nous plonge dans un monde où l’humain et le numérique commencent à fusionner. Troublant.

Après plusieurs spectacles de magie mentale autour de questions politiques ou sociales, Thierry Collet creuse à nouveau le sillon de la grande illusion en s’attaquant au monde du numérique. C’est l’histoire d’un magicien, qui se rend compte qu’aujourd’hui les machines font son métier mieux que lui : les algorithmes sont plus rapides pour retrouver des cartes choisies dans un jeu par un spectateur ; les logiciels sont plus exacts que son intuition pour lire dans les pensées. Alors que faire ? Résister ou pactiser ?
Autour des questions qui jalonnent désormais nos existences d’« homo connecticus », Thierry Collet a imaginé ce spectacle à la fois ludique, participatif et vertigineux. La magie est-elle encore possible alors que tout va plus vite, plus fort, plus loin ? Sous ses airs de vrai-faux conférencier, Thierry Collet nous balade tout en nous interrogeant, à travers une narration toujours plus efficace et un échange constant avec la salle. Sceptiques s’abstenir ! Après avoir assisté à Que du bonheur (avec vos capteurs), vous ne regarderez plus vos smartphones comme avant.

 

 Inquiétante autant que fascinante, l’étrangeté de la pièce doit beaucoup à une narration proche du conte, qui se retrouve elle aussi placée sous le signe du doute. Est-ce elle, ou l’application utilisée, qui fait ressentir une pression sur l’épaule à un spectateur dont on ne touche que le double numérique ? LA TERRASSE