Quatuor Emerson

Borodine / Mendelssohn / Beethoven

Neuf Grammy, trois Gramophone Awards ou encore un Avery Fisher Prize… Depuis quarante ans, le quatuor américain incarne la perfection musicale. Le temps semble glisser sur lui comme le crin sur les cordes. Leur venue à La Rochelle est un évènement.

Fondé en 1976 à New York, le Quatuor Emerson se baptise en hommage au grand philosophe et poète américain Ralph Waldo Emerson. Rapidement lancé sur la scène internationale, il reçoit deux années plus tard le Prix Naumburg et devient quatuor résident au Lincoln Center en 1985. Après quarante années de complicité et plus de cent concerts par an partout dans le monde, son répertoire prend des proportions impressionnantes. Et quelle osmose sur scène ! Depuis ses débuts, Emerson a la particularité d’alterner la place des premier et second violons. Ce concert ne dérogera pas à la règle.
Le Quatuor n°2 sera le dernier composé par Borodine. Il se caractérise par une mélodie délicate, qui exacerbe les sentiments de tristesse et de gaîté, ainsi que par l’expressivité hors norme du troisième mouvement. Mendelssohn est également maître dans l’art de susciter des émotions contrastées. Avec ce quatuor de jeunesse, son deuxième, Mendelssohn ravit l’oreille, avec une fraîcheur et une maîtrise précoce du sens de la mélodie et des couleurs. Le concert s’achèvera avec le Quatuor n°13 op. 130 de Beethoven, dont La Grande fugue, devenue ensuite œuvre à part entière, constitue le sixième mouvement. Les cinq premiers mouvements peuvent apparaître comme une oeuvre testamentaire du compositeur. Il y concentre la synthèse de son génie. Puis, il investit dans La Grande fugue de nouveaux horizons. Oeuvre visionnaire, elle exige une grande virtuosité, que le Quatuor Emerson, expert des quatuors de Beethoven, restitue remarquablement.

 

Chaque représentation d’Emerson propose une fusion extraordinaire d’expérience et d’autorité. BOSTON GLOBE