Muances

Camille Rocailleux / Cie E.V.E.R.

Trois multi-instrumentistes chanteurs se mettent à l’unisson d’images vidéos collectées sur le web. Un concert « augmenté » pour questionner la marche du présent et répertorier les initiatives citoyennes qui changeront le monde de demain. Incisif et puissant, comme un instantané rock de l’époque.

De Camille Rocailleux, nous connaissons essentiellement le parcours aux côtés du metteur en scène Yves Beaunesne ou du conteur vendéen Yannick Jaulin. Mais le percussionniste s’affirme aussi comme un artiste pluridisciplinaire. Ses collaborations avec Jérôme Savary, les chanteuses Daphné ou Camille, Benjamin Biolay ou le pianiste Chilly Gonzales en témoignent.
Avec sa propre compagnie, il imagine Muances comme un poème symphonique du XXIe siècle, déployant une écriture plurielle qui mêle musique et vidéo, où chaque discipline sublime l’autre. Une fusion. Sur scène, trois musiciens s’affrontent et se rejoignent, vibrant à l’unisson des compositions vidéo.
Avec les millions d’images qui s’échangent chaque jour sur internet, ce flux intarissable et tentaculaire, le vidéaste Benjamin Nesme compose un opéra total. Il joue sur la lumière, les échelles des surfaces de projection, le grain des images glanées sur le web, alors que les musiciens habitent cette toile vivante. Le tout est entrecoupé de paroles d’anonymes, elles aussi trouvées sur internet. Éminemment politique, ce concert-spectacle place les enjeux de notre époque en son cœur. Essentiel.

Une enquête musicale et youtubesque sur la capacité d’invention déployée en tous les points de la planète. Télérama