LES OCÉANOGRAPHES

Émilie Rousset / Louise Hémon / Cie John Corporation

Émilie Rousset et Louise Hémon s’emparent des archives d’Anita Conti, première femme océanographe française, pionnière de l’écologie, première scientifique à pénétrer le monde fermé des marins et à en témoigner. Un portrait saisissant de cette personnalité hors-norme, militante d’avant-garde.

En 1952, Anita Conti embarque à Fécamp sur le chalutier Bois Rosé pour partager la dure vie des pêcheurs de morue en Atlantique, seule avec sa caméra et soixante hommes durant six mois. Cadencées par la houle incessante, les images qu’elle ramène sont rudes et poétiques. Ses prises de vues comme ses textes, réunis sous le titre Racleurs d’océans, font date. Précurseur de nos questionnements écologiques actuels, elle pressent la nécessité du développement durable et de la protection des océans.
Émilie Rousset et Louise Hémon mettent en regard ces archives impressionnantes et les recherches actuelles en poursuivant leur réflexion pleine d’humour sur le discours des images. Le duo de metteuses en scène invente un dispositif théâtral composé d’images filmées en 16mm, de journaux de bords et d’interviews d’océanographes contemporaines. Sur scène, les comédiennes Saadia Bentaïeb et Antonia Buresi évoluent au son des ondes Martenot de Julie Normal. Elles nous interrogent avec malice sur ce que les images scientifiques peuvent produire comme discours politique et générer comme potentiel poétique. À méditer. Vite.

En se réappropriant l’histoire méconnue d’Anita Conti, en réactivant les actes et les paroles, la pièce questionne le rapport au réel, à sa représentation, et propose un dialogue avec l’imaginaire des spectateurs.
Mediapart