Le Malade imaginaire

Molière / Claude Stratz / Comédie-Française

La troupe du Français fait renaître l’une de ses mythiques mises en scène du Malade Imaginaire, signée Claude Stratz. Macabre, bouffonne et magnifique.

Malade, en disgrâce royale, abattu par la disparition de son fils et de son amie Madeleine Béjart, Molière écrit et joue ici sa dernière pièce. Elle deviendra l’une de ses plus brillantes comédies-ballets, comme s’il avait rassemblé toutes les ressources de son génie pour parvenir au sommet de son art. Et sa plus personnelle aussi : c’est avec son propre malheur qu’il choisit de nous faire rire.
L’histoire est connue : Argan est entouré par une cour de médecins ignorants, qui abusent de ses faiblesses, plus intéressés par l’idée de lui plaire que par sa santé. Ce malade imaginaire, sous la coupe de sa seconde femme, souhaite par-dessus tout marier sa fille. Intrigues, subterfuges et coups d’éclats seront évidemment au programme. Le plus célèbre hypocondriaque de l’histoire du théâtre n’a décidément pas pris une ride.
Compagnon artistique de Patrice Chéreau, puis directeur de la Comédie de Genève, Claude Stratz est décédé en 2007. Sa mise en scène, restituant la palette infinie de cette « comédie crépusculaire» où la tragédie affleure, a tellement marqué les esprits que la Comédie-Française la reprend régulièrement. L’excellence de cette comédie-ballet est servie par une troupe au diapason, composée d’Alain Lenglet, Coraly Zahonero et Guillaume Gallienne dans le rôle-titre, pour ne citer qu’eux. Sans aucun doute l’évènement de notre rentrée théâtrale.

La mise en scène de Claude Stratz est remarquable d’intelligence. Elle saute avec allégresse de la bouffonnerie au tremblement maîtrisé. LE CANARD ENCHAÎNÉ