Le Cercle de l’harmonie

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans / Mendelssohn / Mozart / Bizet / Jérémie Rhorer

Empruntant à Rimbaud son ode à l’adolescence amoureuse, Le Cercle de l’Harmonie fêtera ses dix-sept printemps en 2022 avec un programme ô combien romantique. Cet orchestre sur instruments d’époque réunit les plus grands spécialistes européens de l’interprétation historique, dirigés par Jérémie Rhorer, son chef historique autant que charismatique, élève de Thierry Escaich, William Christie et Marc Minkowski, à la renommée désormais internationale.

Dans ce programme empreint d’une belle allégresse, titré « On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans », l’orchestre de quarante musiciens créé en 2005 présentera trois œuvres composées alors que leurs compositeurs n’avaient que dix-sept ans.
Les Hébrides de Mendelssohn tout d’abord, hommage à la mélancolie des landes écossaises, où le compositeur en excursion se perdit dans la contemplation de la célèbre grotte de Fingal. Calme, ondoyante et sombre en prélude, la mélodie se fait plus loin tumultueuse, évoquant les flots frappant les parois de la caverne. Avant de s’achever dans la sérénité.
Composée elle aussi à seulement dix-sept ans par Georges Bizet, sa Symphonie en ut majeur est une œuvre somptueuse qui, cachée par son auteur, ne fut redécouverte qu’en 1935, soit quatre-vingts ans après sa composition ! Elle fera l’objet, en 1947, d’un ballet chorégraphié par Balanchine.
Enfin, l’ensemble jouera l’une des neuf symphonies « Salzbourgeoises » de Mozart : sa Symphonie n°25. Une œuvre très expressive, empreinte d’une atmosphère tragique, que rien ne semble pouvoir apaiser, qui figure au nombre de ses plus célèbres symphonies.
Jérémie Rohrer et son orchestre nous en font ici la démonstration : on est décidément bien talentueux quand on a dix-sept ans !