LE 66 !

Jacques Offenbach / Victoria Duhamel

Les Tyroliens Frantz et Grittly, musiciens ambulants et cousins, errent sur les routes du Wurtemberg et imaginent ce qu’ils pourraient s’offrir si le billet de loterie qu’ils ont en poche s’avérait gagnant. Sur le rythme endiablé de cette opérette en un acte de Jacques Offenbach, six chanteurs et musiciens entraînent les spectateurs de tous âges à participer à une aventure où le plaisir et la réflexion ont partie liée. Faites vos jeux !

Tandis que ce couple de Tyroliens s’achemine vers Strasbourg pour secourir une tante dans le besoin, ils croisent un colporteur, qui révèle à Frantz que le ticket de loterie qu’il a en poche, le 66, est gagnant ! Plutôt que d’utiliser ce gain inespéré pour venir en aide à Grittly et à sa sœur récemment veuve, Frantz emprunte la somme et part en ville pour la dilapider. L’ivresse de la richesse fait place au désespoir quand il se rend compte qu’il avait lu son numéro à l’envers : son billet est le 99 ! Morale bien connue : l’argent ne fait pas le bonheur !
Avec cette œuvre peu connue, Offenbach opère à nouveau la démonstration évidente de ses talents de compositeur. Ses morceaux font mouche dès la première au Théâtre des Bouffes-Parisiens. L’arrangement original de François Bernard pour piano, clarinette et trombone et la mise en scène de Victoria Duhamel déploient ici une inventivité musicale et une drôlerie parodique irrésistibles. La morale à double tranchant est soumise avec malice à la réflexion du public sous la forme d’une conclusion participative on ne peut plus ludique.

Ce qui a décidé sur le champ le succès de l’opérette, c’est un duo en tyrolienne, la seconde partie du trio précédent et des couplets fort spirituellement déclamés sur le mot cocasse. Voilà le domaine d’Offenbach, voilà sa spécialité et, je dirai plus, sa supériorité sur ses confrères.
Le Figaro 3 août 1856