La Nuit des idées 2022

(RE)CONSTRUIRE ENSEMBLE

Pour la 7e Nuit des idées organisée par l’Institut Français à l’échelle internationale (la quatrième édition rochelaise), le thème « re-construire ensemble » a été choisi pour explorer la résilience et la reconstruction de nos sociétés confrontées à des défis singuliers, les solidarités et les coopérations entre les individus, les sociétés civiles, les groupes et les États.

L’Institut Français souhaite que ce thème générique permette notamment d’explorer :

  • les souverainetés collectives et partagées, le vivre-ensemble et le multiculturalisme ;
  • la participation citoyenne à la vie politique, les mouvements sociaux, les engagements collectifs et les efforts pour un pacte social renouvelé ;
  • les crises et les sorties de crise, à travers la reconstruction matérielle et sociale ;
  • la production, la fabrication, l’architecture et l’urbanisme face aux défis environnementaux.

Les organisateurs rochelais de cette nouvelle Nuit des idées 2022 vous proposent un programme de six conférences-débats inspirées du thème principal et de ses déclinaisons à découvrir ci-après. Ils s’associent à un évènement qui se déroulera dans plus de 100 pays et 200 villes du monde entier.

En partenariat avec l’Institut Français, L’Université de La Rochelle, l’Espace culture de l’Université de La Rochelle – Maison de l’étudiant, l’Association Uni’vert LR, le Centre Intermondes & la Maison des écritures, ainsi que La Coursive organisent pour vous six conférences-débats et quatre ateliers : le JE 27 JAN 2022, au Théâtre Verdière, à partir de 18:30, sur entrée libre et sans réservation.

PROGRAMME

18:30 – 19:15 // Deux premières conférences proposées par les enseignants-chercheurs de l’Université de La Rochelle, suivies d’un débat

  • Cauchemarder demain pour mieux (sur)vivre ensemble dès aujourd’hui
    Par Nathalie Dufayet et Annabel Audureau
  • La résilience numérique
    Par Vincent Courboulay

19:15 – 19:30 // Pause

19:30 – 21:00 // Conférence suivie d’un débat

  • L’Art a-t-il pour fonction de réparer la société ?
    Par Alain Guyard, philosophe, invité par La Coursive

 
21:00 – 21:15 // Pause
 
21:15 – 22:00 // Conférence suivie d’un débat

  • Différence culturelle et mondialisation
    Par Fares Chalabi, philosophe et architecte, invité par le Centre Intermondes

 
22:00 – 22:15 // Pause
 
22:15 – 23:00 // Deux dernières conférences proposées par les enseignants-chercheurs de l’Université de La Rochelle, suivies d’un débat

  • Démocratie : l’insaisissable définition
    Par Stéphane Manson
  • L’entreprise de demain à l’abri du court terme et des seules logiques actionnariales ? 
    Par Guillaume Delalieux et Mathieu Paquerot

Toutes les conférences et les débats sont libres d’accès (dans la limite des places disponibles).
Ateliers animés par l’Association Uni-vert-LR dans le hall du Théâtre Verdière, toute la soirée, en accès libre.
Petite restauration sur place pendant la soirée à L’Avant-Scène.
Pass sanitaire et port du masque obligatoire seront demandés au public.
Informations détaillées sur l’organisation de cette 7e Nuit des idées à La Rochelle sur les sites suivants :la-coursive.com / centreintermondes.com / univ-larochelle.fr
Renseignements à l’accueil-billetterie de La Coursive.

À vos idées, prêts ? Débattons ensemble !

 

Rencontre avec les enseignants-chercheurs de l’Université de La Rochelle

18:30 – 19:15 // Première partie

Cauchemarder demain pour mieux (sur)vivre ensemble dès aujourd’hui

Comment la fiction révèle-t-elle les problématiques actuelles du (sur)vivre ensemble ? Depuis quelques années, la fiction d’anticipation, notamment dans le domaine jeunesse, a fait déferler une vague de mondes post-apocalyptiques. Mais loin de figurer seulement la fin du monde tel qu’on l’a connu jusqu’à aujourd’hui, ces horizons possibles en proposent une refonte sociale, économique, technologique et politique. C’est la puissance de cet imaginaire, finalement moins dystopique qu’utopique, qui sera ici présenté, en soulignant notamment sa dimension éco-féministe.

Par Nathalie Dufayet et Annabel Audureau, enseignantes-chercheures en littérature comparée au Département de lettres de l’Université de La Rochelle et chercheures au CRHIA (Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique)
 

La résilience numérique

Depuis quelques mois, nous avons collectivement inventé un concept nouveau, fondamentalement utile et qui a toutes les chances de persister dans le monde d’après Covid 19, celui de « résilience numérique ». Le numérique a sauvé une partie de l’économie, l’éducation. Il a permis le maintien du lien social. Mais cela ne doit pas cacher que cette bascule digitale s’est déroulée dans l’urgence et une impréparation forte. Désormais, nous devons ensemble revisiter nos priorités numériques. Les organisations doivent inscrire dans leurs projets et programmes une véritable stratégie de résilience numérique, qui se base sur des solutions simples mais éclairantes pour le citoyen.

Par Vincent Courboulay, maître de conférences en informatique et directeur scientifique de l’Institut du Numérique Responsable

 

Conférence et débat avec Alain Guyard proposés par La Coursive

19:30 – 21:00

L’art a-t’il pour fonction de réparer la société ?

Si l’Église et l’Ancien Régime, au XVIIIe siècle, ont pris en charge la restauration de la société quand elle connaissait des déchirements ou des crises, si le Parti et la modernité, au XIXe et au XXe siècles, se sont affairés à sa régénération, le XXIe est bien en mal avec sa reconstruction. Car après la religion et la révolution, c’est maintenant la « gestion » qui domine le monde. Plus de projet collectif, mystique ou séculier, et simplement de l’administration budgétée des choses et des individus. Mais alors, comment faire avec la fracture sociale ? Lorsque l’État démissionne, il transforme l’Art en un Sauveur, et il délègue à l’artiste le pouvoir mystérieux de colmater toutes les brèches sociales et individuelles. Cela flatte peut-être l’égo des créateurs, cela maintient sans doute la fable du génie descendu des cieux pour éclairer le monde, mais, assurément, cela évite d’assumer une politique qui démolit le champ du soin et du social. Qui paie le prix de cette mythologie ? Qui la met en place ? Et surtout, comment déconstruire ce discours sur la reconstruction sociale par l’Art ? C’est à cela qu’on s’attellera ensemble. Alain Guyard

Alain Guyard, philosophe et écrivain, œuvre depuis près de vingt ans auprès des populations invisibles et vulnérables, que ce soit les personnes détenues, les patients ou les agents du social ou du médico-social, le monde hospitalier ou celui de la psychiatrie. Il ressort de cette expérience avec un double constat : d’une part, celui de la déréliction du lien social par cinquante années de politique libérale ; d’autre part, celui de l’incessante sollicitation de la parole, voire de l’expertise artistique et philosophique, pourvu qu’elle devienne la servante de cette déréliction.

En amont de cette Nuit des idées, Alain Guyard sera accueilli par La Coursive en résidence philosophique. Dans ce cadre, il rencontrera en débat un groupe d’étudiants de l’Université de La Rochelle issus du Master sciences pour l’environnement, un groupe de soignants et de soignés du Centre Richelieu – Croix Rouge Française à La Rochelle, un groupe de résidents du réseau de logements Horizon Habitat Jeunes à La Rochelle, ainsi qu’un groupe de femmes entrepreneures du réseau « Bouge ta boîte ».

 

Conférence et débat avec Fares Chalabi proposés par le Centre Intermondes

21:15 – 22:00

Différence culturelle et mondialisation

Considérant un monde unique, uni par le capitalisme globalisé qui s’y est imposé, le philosophe libanais Fares Chalabi analysera les deux forces à l’œuvre de ce capitalisme mondialisé. La décodification d’une part (destruction des traditions, des savoirs faire, de la nature…). Et la puissance de libération d’autre part (libération des forces productives, des mœurs, des formes d’arts…). Il s’interrogera sur notre capacité à transmuter ces enjeux à partir de l’exemple libanais. Ce débat sera animé par Laurent Vidal, Président du Centre Intermondes, dans le cadre des travaux de l’Ethnopôle Humanités océanes de La Rochelle.

Fares Chalabi est né à Beyrouth en 1977. Il est docteur en philosophie (Université Paris 8) et diplômé en architecture à l’Académie libanaise des Beaux-Arts (ALBA). Aujourd’hui, il enseigne la philosophie et l’histoire de l’art d’après-guerre à l’Université Américaine de Beyrouth (AUB). Il enseigne la théorie de l’art à l’ALBA. Il est aussi intervenant dans le cadre du programme Critique d’Art et Curatoriat à l’Université Saint-Joseph (USJ) où il enseigne l’esthétique. Ses recherches philosophiques s’inspirent du travail de Gilles Deleuze et Michel Foucault et portent sur l’ontologie comparée, la théorie de l’image et les politiques de la résistance.

 

Rencontre avec les enseignants-chercheurs de l’Université de la Rochelle

22:15 – 23:00 // Deuxième partie

Démocratie : l’insaisissable définition

La démocratie est aujourd’hui universellement désirable. Elle n’a plus aucun ennemi déclaré. Pour autant, le concept demeure extrêmement fuyant. La démocratie est donc partout, mais sa définition n’est nulle part. Et si nous tentions une synthèse ?

Par Stéphane Manson, professeur des universités en droit public à La Rochelle Université
 

L’entreprise de demain à l’abri du court terme et des seules logiques actionnariales ?

De nombreuses entreprises françaises ont été victimes de rachat ou fusion opérés dans une logique de maximisation de la valeur actionnariale sur le court terme, au détriment de la création de valeur économique. Les faiblesses des modèles de gouvernance des entreprises françaises sont bien connues, notamment l’absence d’actionnaires de long terme amenant de la stabilité. Dans ce contexte, nous proposons une réflexion autour des mécanismes de gouvernance, qui visent à protéger les entreprises françaises de ces phénomènes à travers la présentation de deux cas différents : l’entreprise à mission (cas Danone) et la cession des parts de l’entreprise à une fondation (cas Léa Nature).

Par Mathieu Paquerot, maître de conférences en sciences de gestion, codirecteur de l’IAE de la Rochelle et Guillaume Delalieux, professeur en sciences de gestion, directeur du CEREGE La Rochelle.

 

Et toute la soirée dans le hall du Théâtre Verdière avec les étudiants rochelais de l’association « Uni’Vert-LR »

L’Association Uni’vert-LR fédère des étudiants rochelais soucieux de la préservation de l’environnement. Ils assurent durant toute l’année universitaire une promotion du développement durable sur le campus. Dans le cadre de la Nuit des idées 2022, ils proposent quatre ateliers de sensibilisation ludique à l’écologie.

« Construire n’est pas échafauder des châteaux en Espagne. Construire est une activité qui engage la main. Des philosophes ont souligné combien le travail manuel était nécessaire à toute réflexion d’ordre intellectuel. Dans son ouvrage L’Éloge du carburateur, le philosophe Matthew Crawford va plus loin et propose de trouver le sens du travail en allant voir et apprendre auprès de celles et ceux qui fabriquent ou réparent des objets. Avec des étudiantes et étudiants du master en management environnemental, notre proposition consiste en une série d’ateliers, qui vont vous permettre de mettre les mains, non pas dans le cambouis, mais dans la terre. »

Ateliers accessibles à partir de 18:00 dans le hall du Théâtre Verdière à La Coursive et durant toute la soirée

  • Atelier « bombes à graines »
    Fabrication de ses mains de « bombes » qui permettront de fleurir tout terrain accessible à portée de main. Animé par Anaëlle
  • Atelier des « plantes compagnes »
    Ce jeu créé par l’association locale « Graines de troc » permet de façon ludique de savoir quoi planter à côté de vos radis ou carottes et surtout de découvrir les rapports amoureux des plantes. Animé par Auriane
  • Atelier « casse-tête de bois »
    Avec le bois récupéré des poubelles de l’industrie nautique, il est possible de fabriquer mille choses et notamment des casses-têtes. L’atelier permettra de construire, déconstruire, reconstruire des assemblages simples et de mettre la main à l’ouvrage pour arrondir les angles. Animé par Hugo et Eve
  • Atelier « fresque du climat »
    Il s’agit d’un quizz reposant sur un jeu de cartes collaboratif et créatif, basé sur le rapport du GIEC, pour mieux comprendre les évolutions climatiques de façon scientifique et ludique, sous l’égide des maîtres de cérémonie : Margot, Vincent et Vincent

 

Pause restauration à L’Avant-Scène

Pendant toute la soirée, L’Avant-Scène proposera une restauration rapide adaptée au rythme de la Nuit des idées. Sans réservation.

Voir aussi