La Dispute

Mohamed El Khatib / Cie Zirlib

Le metteur en scène Mohamed El Khatib est un explorateur du réel et du sensible. Parce qu’ils sont les mieux placés pour en parler, il invite les enfants de parents séparés à livrer leurs propres points de vue sur le divorce. Un spectacle entre émotion, pudeur et espièglerie, porté par huit enfants de huit ans.

Qu’ont-ils à dire de la séparation de leurs parents ? Comment la leur a-t-on annoncée ? La pressentaient-ils ? Comment ont-ils réagi ? Ont-ils pris parti ? Comment la vivent-ils au quotidien ? Mohamed El Khatib a rencontré une centaine d’enfants de tous les milieux, en France et à l’étranger, pour explorer avec eux cet évènement fondateur de leur courte vie.
Théâtre documentaire, autofiction, dramaturgie du réel ? Les mots se cherchent pour désigner le travail singulier de ce fils d’ouvrier marocain. Né dans le Loiret en 1980, Mohamed El Khatib devait entrer au centre de formation du PSG avant qu’une blessure ne le mette sur la touche. Ça sera donc les mots : Khâgne, Sciences-Po, une thèse de sociologie et il cofonde Zirlib, un collectif de danseurs, comédiens et plasticiens sur un postulat simple : « L’esthétique n’est pas dépourvue de sens politique. » Une démarche artistique activiste, où le social fusionne avec le sensible, quelque part entre Bourdieu et Pommerat. Artiste associé au Théâtre de la Ville, à Paris, Mohamed El Khatib a reçu en 2016 le Grand prix de littérature dramatique pour Finir en beauté, un montage poétique autour du deuil de sa mère.
Partisan de faire entrer le réel sur le plateau (il ne travaille que très peu avec des acteurs professionnels) à travers un processus d’écriture quasi sociologique, Mohamed El Khatib a pensé La Dispute comme un laboratoire de la parole enfantine. Passionnant.

Les trois filles et les trois garçons qui sont sur le plateau, et changent selon les soirs (ils sont douze en tout, qui jouent en alternance) vont droit au but et s’adressent parfois directement aux adultes dans la salle : ” On pourrait être vos enfants. C’est pas forcément un cadeau. Mais vous pourriez aussi être nos parents, et ça c’est pas un cadeau non plus.” […] C’est dans ce décalage que se glisse le théâtre, et que se préservent les identités des participants de cette Dispute émouvante et souvent drôle. Le Monde. Lire l’article

Mohamed El Khatib conçoit des spectacles généreux  à travers lesquels l’humour et l’émotion ne se font pas  la guerre, bien au contraire. Théâtre(s) Magazine

Sa pièce, si gentille, si légère soit-elle avec ses répliques drôles comme tout, reflète bien à l’arrivée les problématiques du divorce du point de vue d’enfants plus lucides qu’il n’y paraît : angoisse de choisir un foyer plutôt qu’un autre, inquiétude pour le moral de papa ou maman, nécessité de dédramatiser et de parler, etc. Le Journal du Dimanche

Sur le plateau, construit en Lego, la petite troupe, au courage fou et à l’incroyable aplomb, se confie, via des discussions en son sein ou des séquences enregistrées face caméra. (…) Les Échos

La parole est franche, directe, sans filtre. Capable de nous secouer d’émotions contradictoires. Mohamed El Khatib a su créer, avec l’accord voire parfois la complicité des parents, une petite communauté d’enfants joyeuse, qui regarde la vie, le monde des adultes, droit dans les yeux. L’Humanité

Dans La Dispute, les larmes causées chez les enfants par les séparations amoureuses appartiennent au passé. Place à la pensée, à la parole. Et à une joie qui surprend et réjouit. Sceneweb.fr

“Plutôt que d’écrire pour les enfants, j’ai voulu écrire avec eux” Mohammed El Khatib dans Télérama. Lire l’article