Itmahrag

Olivier Dubois / COD

Partageant sa vie entre Paris et Le Caire, le chorégraphe Olivier Dubois nous propose une vision singulière de l’Égypte actuelle. Itmahrag, pièce pour huit performeurs, danseurs et musiciens, nous plonge au coeur d’une danse incendiaire.

Issue de la jeune génération égyptienne, des quartiers populaires du Caire, la musique mahraganat s’est révélée au jour d’une nouvelle ère post-Moubarak. Liée aux célébrations festives, le mahraganat (« festival » en arabe) est une performance en soi, où les corps se mettent en scène. Des fêtes branchées aux mariages de quartiers, des baffles de rue saturés jusqu’aux spots publicitaires châtiés, le mahraganat est devenu aujourd’hui la musique la plus écoutée en Égypte.
Il y a quelques années, Olivier Dubois hypnotisait le public de La Coursive avec Tragédie, une pièce manifeste créée en 2012 au Festival d’Avignon. Un pur choc esthétique. Agitateur de la scène contemporaine française, il a signé ces dix dernières années quelques-unes des oeuvres les plus radicales et fascinantes du paysage chorégraphique européen. Directeur du Ballet du Nord de 2014 à 2017, élu l’un des vingt-cinq meilleurs danseurs au monde en 2011 par le magazine Dance Europe, il jouit d’une expérience unique entre création, interprétation et pédagogie.
Nous le retrouverons cette saison avec une nouvelle aventure artistique et humaine façonnée entre Le Caire et Alexandrie. Olivier Dubois y a observé que les Égyptiens chantent et dansent partout, de manière discrète et intime. Cela fait partie intégrante de leur culture. En lien avec ce mouvement musical incarné par le mahraganat, il voit désormais se développer une danse plus sauvage, plus instinctive, totalement saturée, comme si chaque espace, chaque instant de vie se devait d’être rempli. Cette musique et cette danse, il les explorera avec respect, mais aussi avec la conviction qu’elles sont éminemment contemporaines. Qu’elles portent toute l’audace de la jeunesse égyptienne. Son cri.