GABI HARTMANN

C’est la grande révélation jazz du moment ! À trente et un ans, Gabi Hartmann détrône Ibrahim Maalouf et se place déjà en tête des ventes avec son premier album éponyme. Charmés par son timbre chaud et son élégante désinvolture, on succombe à la beauté de son univers, aux confins du swing et des musiques du monde. Coup de cœur garanti !

De l’Afrique au Portugal en passant par Rio, où elle s’est plongée dans la bossa et la samba, ainsi qu’à Londres où elle a poursuivi des études d’ethnomusicologie, Gabi Hartmann a façonné son art au gré des voyages et des rencontres. Son timbre de voix enivrant, son talent d’auteure et de compositrice ont vite propulsé l’artiste sur les plus grandes scènes.
Après le très acclamé single Always seem to get things wrong, puis une résidence de six mois à guichets fermés au Duc des Lombards à Paris, il était temps pour Gabi Hartmann de présenter son premier album.
Une œuvre solaire, réalisée en collaboration avec une pointure du jazz, Jesse Harris, musicien et producteur de Norah Jones, Melody Gardot et Madeleine Peyroux. Dès leur rencontre à New York, l’alchimie est immédiate et donne naissance à des chansons inspirées par les grands standards du jazz, la musique brésilienne, le blues et la soul. Évoluant du français à l’anglais en passant par le portugais et l’arabe, ces quatorze chansons aux textes léchés, s’inscrivent avec tact et douceur dans une esthétique intemporelle, tout en portant un regard franc sur leur époque. Encore à l’orée de sa carrière, Gabi Hartmann semble avoir déjà vécu plusieurs vies tant sa musique est irriguée de nuances et de couleurs variées. Définitivement, une artiste à suivre !

 

 
On voyage au son d’un mélange sac à dos de jazz, de bossa et de soul. La chanteuse nomade fait une belle entrée sur la scène mondiale.
L’Obs Sophie Delassein