FRED PALLEM & LE SACRE DU TYMPAN

« X »

X comme dix en chiffres romains. Dix comme dixième album et dix compositions originales. Fred Pallem et Le Sacre du tympan fêtent leurs vingt ans de connivences talentueuses et nous offrent un programme somptueux, sorte de quintessence de ce que ce big band zinzin à souhait sait faire de mieux.

L’écriture de ce dernier opus demeure savante et populaire, comme Fred Pallem sait la ciseler depuis toujours. On y retrouve ses atmosphères foisonnantes, ses mélodies très cinématographiques, ce son tout en rondeur, ses arrangements d’une rare cohérence, cette combinaison de timbres qui constitue la palette sonore de l’orchestre, à nul autre pareille, lumineuse, dionysiaque, et même, osons-le ici, orgiaque !
Sur scène, treize musiciens nous invitent à une véritable traversée, où se mêlent sonorités jazz, folk, pop et rock. La cinéphilie de Fred Pallem ponctue le concert de moments savoureux, du mythique Chapeau melon et bottes de cuir au Clan des Siciliens. Chaque titre a été écrit comme un tube en puissance et souvent inspiré par des faits très personnels : de Goodbye Lougaroc dédié au père de Fred Pallem, à L’Amour du disque, hommage magistral à la puissance de feu créatrice du grand ensemble et de ses musiciens. Compagnons de route historiques ou nouveaux venus au cours des ans, ils forment le son puissant, dense et joyeux de cet orchestre singulier, qu’ils savent, mieux que personne mettre sur orbite. Ce chapitre « X » peut aisément faire office de porte d’entrée impériale pour les retardataires, tant il condense en un concert vibrionnant et haletant le meilleur des excursions précédentes. Un vrai coup de maître !

 

 
Ce disque fleuve s’impose d’un bout à l’autre comme une sorte d’aboutissement d’une folle aventure musicale, comme une joyeuse célébration d’un jazz pour grand orchestre taillé pour le cinémascope.
Rolling Stone