Focus jazz Baltic

Bremer – McCoy / Rymden / Lars Danielsson

À l’image de notre focus dédié au jazz israélien la saison passée, cette nouvelle soirée thématique a pour ambition de vous faire découvrir les musiciens les plus emblématiques du jazz scandinave d’aujourd’hui. Soit ici trois ensembles de haute volée. Un évènement inédit, spécialement construit par La Coursive et La Rochelle Jazz Festival.

C’est d’abord autour du Suédois Lars Danielsson, star internationale de la contrebasse, que pivotera cette soirée exceptionnelle. Ces vingt dernières années, il a multiplié les collaborations heureuses aux côtés de David Liebman, Jon Christensen, Nils-Petter Molvaer, Magnus Öström ou encore Tigran Hamasyan. Sur scène, John Parricelli (guitare), Grégory Privat (piano) et Agnus Oström (batterie) composent avec lui le line-up enchanteur de ce quartet bien trempé. Appui brillant des lignes mélodiques, richesse de l’harmonisation, liberté des improvisations, la musique de Lars Danielsson se teinte de couleurs pop, folk et de belles touches de swing. Sous l’influence de la glace et du feu, délicat et puissant à la fois, il trace le chemin d’un voyage d’une intense beauté.
Notre deuxième invité est un duo danois à l’inventivité captivante, qui n’est pas sans rappeler le groupe anglais Gogo Penguin, capable de mélanger jazz méditatif et pulsion dub, ce dérivé chaloupé du reggae. Bremer et McCoy affichent un son unique, très mélodique, largement célébré par le public anglo-saxon en quatre albums étonnants. Sur scène, leurs performances s’avèrent aussi intenses qu’intimes. D’une pureté désarmante.
Le trio Rymden (« espace »en suédois) est issu quant à lui de deux collectifs incontournables du jazz nord-européen. Dix ans après la disparition du célèbre pianiste Esbjörn Svensson, ses deux complices au sein du trio E.S.T. s’associent à Bugge Wesseltoft pour imaginer Rymden. Leur musique est portée par des mélodies fortes, des unissons chargés en combustible brut prêt à s’embraser, emplis d’un minimalisme dissimulé dans de riches tapisseries d’improvisations virtuoses.

 

Rymden, révélation de la rentrée musicale :
Basses cataclysmiques, claviers futuristes et rythmes convulsifs y définissent un jazz de fer et de foudre à affoler tous les compas. Télérama, septembre 2020

 

La basse de Bremer se balance doucement, apaisante, pendant que les figures de piano translucides de McCoy illuminent le ciel. ALL ABOUT JAZZ [ROYAUME-UNI]

Rymden, c’est un son épique et cinématographique. OPEN JAZZ – FRANCE MUSIQUE

Passionnant, onirique, séduisant, Lars Danielsson incarne avec éloquence la force tranquille du jazz européen. LES INROCKS