Dominique Fils-Aimé

Stay tuned !

Look androgyne et voix magique, grâce combattante et habitée, Dominique Fils-Aimé, Montréalaise de trente-cinq ans d’origine haïtienne, est la nouvelle révélation jazz des deux côtés de l’Atlantique. À la confluence des musiques afro-américaines, son groove lumineux suspend le temps.

Demi-finaliste d’un célèbre télécrochet canadien en 2015, Dominique Fils-Aimé n’a pas choisi la facilité en capitalisant sur son éphémère notoriété. Elle a préféré peaufiner avec exigence ses premières compositions jazz. Elle s’est ainsi lancé un ambitieux défi : résumer en une trilogie discographique l’histoire musicale afro-américaine. Nameless, son premier opus aux résonances blues, sorti en 2018, suscite alors enthousiasme et curiosité. Stay tuned ! plus axé jazz, plus pop aussi, la fait entrer directement dans la cours des grandes, où elle remporte notamment le Félix de « l’Album jazz de l’année » ( l’équivalent québécois de nos Victoires de la musique). Radio-Canada la désigne dans la foulée Révélation jazz 2019-2020. De nombreux festivals européens s’apprêtaient à l’accueillir cet été et à consacrer eux aussi son talent singulier… avant que ce fichu virus ne vienne mettre à terre cette belle tournée.
Qu’à cela ne tienne, c’est cette saison que Dominique Fils-Aimé se lance à la conquête du Vieux Continent, dont La Rochelle sera une fort belle escale. Sur scène, sa détermination et l’amplitude surnaturelle de sa voix fascinent. Tour à tour hypnotique, caressante ou musclée, jamais elle ne semble forcer son incroyable palette
harmonique. Reggae, jazz, afro-beat, soul ou R’n’B, Dominique Fils-Aimé va exactement où elle le désire, libre et sans fard, admirablement entourée de percussions, guitares et claviers. Celle qui a appris le gospel sur les bancs de l’église et perpétue la tradition des chanteuses militantes, ces grandes figures de la lutte pour les droits civiques, brûle d’un feu sacré. De la lave coule sous la glace. Retenez bien son nom.