Danser Casa

Kader Attou / Mourad Merzouki

Grandes figures du hip hop depuis les années 90, Kader Attou et Mourad Merzouki se sont retrouvés pour cette création commune, qui met à l’honneur la ville de Casablanca et réunit huit danseurs marocains aux influences diverses : popping, locking, cirque, acrobatie, parkour, new style house, danse contemporaine. Galvanisant.

Que de chemin parcouru pour ces enfants de la balle, surdoués d’une danse générée par la rue, pour la rue et depuis longtemps entrée dans les salles. Kader et Mourad, deux amis, deux danseurs devenus chorégraphes majeurs de leur art, puis directeurs d’institutions remarquables du maillage hexagonal, les Centres chorégraphiques de La Rochelle et Créteil. Mais surtout, quelle danse ! Quelle créativité ! Quel œil pour aller chercher, spectacle après spectacle, des pépites à l’énergie furieuse !
Sur fond de musique électronique aux accents arabo-andalous, l’époustouflante technique de ces papillons marocains oscille entre grâce et rage, sans tomber dans la facilité du tout spectaculaire. Sept gars, une fille pour des combinaisons et des styles radicalement différents, passant même par les arts martiaux ou l’acrobatie circassienne. C’est puissant, parfois tendre, ça fourmille d’une créativité brute, que les deux chorégraphes ont su polir tout en gardant l’identité, la singularité tonique de chaque interprète. Car c’est surtout leur histoire (leurs histoires) que ces jeunes danseurs racontent : la tension de la ville marocaine, entre une violence sourde toujours prête à éclater et un amour puissant qui ne se dit jamais. Une belle réussite, doublée d’une aventure humaine et artistique passionnante.

Paquets de nerfs, les danseurs, pieds nus ou en baskets, dévorent le plateau avec l’appétit de ceux qui en veulent. LE MONDE