Cocorico

Patrice Thibaud

Quand deux anciens trublions de la bande Deschamps-Makeïeff s’associent pour un spectacle burlesque, ça donne Cocorico, un duo hilarant entre un comédien élastique et un musicien explosif, dans la lignée de Charlie Chaplin, Buster Keaton et Jacques Tati. Un “best-seller” du théâtre corporel, aux frontières du mime et du music-hall. 

Joué plus de 450 fois partout dans le monde, Cocorico a été récompensé d’un Herald Angel au Fringe Festival d’Édimbourg (2009) et d’un Award au Montreux Comedy Festival (2012) en tant que meilleur spectacle visuel. Imaginé par le protéiforme Patrice Thibaud, Cocorico s’inscrit dans la grande tradition des duos dépareillés, tels des Laurel et Hardy à la française. L’un est maladroit et un peu timide. L’autre est habile et vif. Sans un mot, ils se jaugent, ils s’agacent, se fuient et se retrouvent, complices d’une même invention humoristique. Ils croisent le Tour de France, un défilé du 14 juillet, des majorettes, un feu d’artifices, des otaries, des cow-boys ou des dresseurs de fauves ! Basé sur la virtuosité corporelle de Patrice Thibaud et la folie douce du pianiste Philippe Leygnac, Cocorico évoque avec poésie nos espoirs, nos manies et nos tendresses. Ce spectacle musical en diable et sans parole, mené par deux véritables bêtes de scène, est une pépite d’humour burlesque, emportant l’imaginaire des spectateurs de tous les âges dans une tornade de rire. Jubilatoire !

Prodigieusement drôle, pétri d’humanité tendre et de poésie, Patrice Thibaud s’impose en maître avec un registre et une inspiration sans limites. Le JDD

Une bête de scène. Le Canard Enchaîné

Dans les pas de Chaplin, Keaton et Tati… Tout dans cette proposition traduit le haut talent de personnes aussi intelligentes que sensibles et virtuoses. Armelle Héliot – Le Figaro