Bl!ndman [sax]

Jean-Sébastien Bach / 32 pieds : l’orgue de Bach / Eric Sleichim

Quatre saxophones et un tubax revisitent Jean-Sébastien Bach et ses grandes orgues. L’ inclassable ensemble belge Bl!ndman choisit les pièces emblématiques du répertoire de Bach pour fêter son génie. Une captivante curiosité à découvrir.

Transcrire pour le saxophone les oeuvres pour orgue les plus célèbres de Bach, il fallait tout le talent du quatuor Bl!ndman pour relever cet incroyable défi. Fondé en 1988 par Eric Sleichim, saxophoniste belge émérite et véritable explorateur du souffle, l’ensemble adepte du cross-over est très vite sorti du cadre classique pour explorer autant la musique d’aujourd’hui que celle du Moyen-Âge. En développant de nouvelles techniques de jeu et en élargissant son répertoire, le groupe s’est forgé un langage singulier et une réputation internationale. C’est d’ailleurs par l’exploration du tissu polyphonique pour orgue si complexe de Bach que leurs aventures ont commencé.
Au XVIIe siècle, l’orgue prend des proportions orchestrales dont le compositeur allemand s’empare allègrement. Sonates, toccatas et autres passacailles, toutes témoignent d’une richesse inépuisable en genres, formes et styles, qui s’offrent ici au large spectre couvert par chacun des saxophones : soprano, alto, ténor et baryton. Pour approcher au plus juste la sonorité du « roi des instruments », Eric Sleichim introduit également le tubax, un saxophone contrebasse inventé dans les années 1990, qui reproduit avec un velouté incomparable les notes les plus graves de l’orgue. Associé à un travail électronique très délicat, le quintette sonne alors comme un orgue humain, animé d’un seul souffle. Sensualité des timbres, allégresse rythmique, richesse d’intonation, les différentes voix de l’orgue sont si bien réparties entre les tessitures des saxophones, qu’elles renforcent l’aspect brillant des compositions de Bach et leur offrent, avec ce concert surprenant, une coloration inédite.

Cette relecture de Bach est un sommet de bonheur et d’intelligence. LE SOIR (BELGIQUE)