BLACK LIGHTS

d’après la série télévisée H24 / Mathilde Monnier

Le nouveau spectacle de Mathilde Monnier est porté au plateau par huit comédiennes et danseuses. À mi-chemin entre stand-up et déclaration poétique, pièce dansée et texte proféré, la chorégraphie fait émerger neuf récits de femmes sur les femmes, inspirés de la série télévisée H24 d’Arte, qui présentait en épisodes courts et incisifs vingt-quatre heures de la vie de femmes ordinaires en proie à des violences quotidiennes trop souvent invisibilisées (sexisme, agressions conjugales, viol, lesbophobie, misogynie).

Avec plus de quarante pièces à son actif depuis les années quatre-vingt, Mathilde Monnier a fait de sa danse un lieu de rencontres, qui questionne la création chorégraphique et le monde. Avec Black lights, elle interroge notre société sur son rapport à la violence subie par les femmes. Elle poursuit aussi sa quête de dialogue entre les disciplines artistiques, perpétuant des collaborations renouvelées, ici avec la création audiovisuelle, comme ce fut le cas en son temps avec la littérature ou avec la musique.
D’Alice Zeniter à Siri Hustvedt en passant par Lola Lafon ou encore Monica Sabolo, la parole des neuf autrices, inspirée de faits réels, éclate sur scène, exprimant ce que les mots font au corps. Chaque texte est en effet incarné par un être et un corps qui témoignent, qui crient, qui apportent leur vérité, celle d’être là, en résistance. Pour, selon les mots de la chorégraphe, « dire encore, pour continuer à poursuivre ce formidable coup de poing qui nous fait comprendre ces injustices ». Hors de l’anonymat, ces femmes montrent leurs forces et leurs fragilités, leur capacité à renverser la violence pour s’en libérer.
 
 
Avec Black lights, Mathilde Monnier crée une pièce choc, indispensable, et invente une nouvelle forme hybride de parlé-dansé à l’avenir prometteur.
Danser canal historique Agnès Irzine
 
Mathilde Monnier s’empare de textes de la série H24 traitant des violences faites aux femmes pour créer Black lights. Avec l’aide de huit superbes interprètes, elle en livre une version coup de poing, bouleversante, nécessaire.
La Terrasse Delphine Baffour
 
Black lights s’est imposé comme l’une des claques du Festival d’Avignon 2023.
Les Inrocks Igor Hansen-Love