PROJET COMMUN AVEC LA COUPE D’OR 

Les partenaires publics de La Coursive et de La Coupe d’Or ont souhaité ces derniers mois que nos deux établissements s’inventent désormais un avenir commun, qui conserve à nos deux maisons réunies leurs ambitions artistiques en matière de promotion de la création contemporaine, de rayonnement territorial et de dynamique de démocratisation du spectacle vivant. Une première « Charte de coopération », finalisée ce printemps, a permis à l’ensemble des collectivités locales, ainsi qu’au Ministère de la culture et de la communication de poser ces volontés politiques premières, ainsi qu’un calendrier de convergence, qui permettra de construire sereinement cet ambitieux projet à échéance de trois à cinq ans. Il s’agit désormais de dessiner l’architecture ciselée de ce nouvel édifice. Dans le respect de la Charte des missions de service public pour le spectacle vivant, édictée par le Ministère de la culture et de la communication, ainsi qu’en référence aux cahiers des charges des scènes nationales et des scènes conventionnées, nos deux établissements vont progressivement tisser leurs politiques respectives en matière de soutien à la création, de programmation, d’action culturelle et d’éducation artistique, en dialogue avec nos partenaires publics territoriaux.
Dès à présent, et très concrètement, nos cartes d’adhérents croiseront les avantages que nous offrons à nos abonnés respectifs. De plus, des bus gratuits permettront aux spectateurs des deux villes de découvrir ces prochains mois trois spectacles dans chacun des deux théâtres. Cet automne, le nouveau directeur désormais commun aux deux établissements finalisera pour chacun d’eux une Convention pluriannuelle
d’objectifs, qui intègrera au projet de chaque scène cette dynamique de rapprochement, en même temps qu’elle préservera à chaque institution sa pluralité artistique et son identité propre pour les quatre années à venir. Quelle place sera réservée aux artistes dans cet ensemble ? Comment cette nouvelle entité devra-t-elle appréhender la question du développement de ses publics, à l’échelle d’un territoire qui représente démographiquement plus du tiers de la Charente-Maritime ? Quels partenariats seront possibles pour connecter harmonieusement ce duo au réseau professionnel régional et national ? Comment les équipes de deux théâtres travailleront-elles ensemble ?
Voici, parmi tant d’autres, les questions que nous nous poserons pour concevoir avec pertinence ce projet enthousiasmant, que nous porterons avec l’humilité, mais aussi l’ambition et la ténacité des bâtisseurs de cathédrales !