Communiqué de presse

15 décembre 2020

La Coursive
Scène nationale de La Rochelle

La Coupe d’Or
Scène conventionnée de Rochefort

Communiqué de presse
Mardi 15 décembre 2020
Journée d’action des métiers de la culture pour la réouverture de nos établissements

 

Il ne faut pas prendre les enfants du paradis pour des ravis de la crèche !

 

Épuisés
Après dix mois de crise sanitaire et d’atermoiements concernant les conditions d’activité de nos métiers, l’épuisement gagne toute la profession. Permanents des théâtres, des cinémas et des festivals, artistes, techniciens intermittents, équipes administratives des compagnies… nous n’en pouvons plus de toujours faire, défaire, refaire, tels des Sisyphes exténués et malheureux.

 

Responsables
Pourtant, depuis le début de l’épidémie, le monde du spectacle vivant et du cinéma a fait maintes fois la preuve de son esprit de responsabilité. Vis-à-vis des publics qu’il accueille dans ses salles. Vis-à-vis de lui-même. En astreignant spectateurs, artistes et salariés des théâtres au respect des règles sanitaires les plus strictes. Avec succès puisqu’aucun cluster n’a jamais été repéré dans aucun lieu culturel de notre pays depuis mars dernier.

 

Considération et concertation
A chaque étape cruciale de la gestion de la crise par le Gouvernement, nous avons mis scrupuleusement en application, du jour au lendemain, toutes les consignes demandées. A chaque fois, la même question nous a taraudés, constatant le manque apparent de connaissance de nos métiers, de leur complexité organisationnelle, de leur nécessaire anticipation. A chaque fois est monté d’un cran le sentiment de brutalité, de déconsidération, d’absence de dialogue et de concertation. Sans compter l’indélicatesse initiale de l’étiquetage « non essentiel » de nos activités.

 

Public solidaire
Heureusement, depuis le printemps dernier, pour nous rasséréner, à Rochefort comme à La Rochelle, nous avons pu compter sur les spectateurs de nos théâtres, qui nous ont témoigné chaleureusement de leur solidarité et de leur fidélité. A la réouverture de nos salles entre mi-juin et octobre, ils ont été présents et aussi nombreux que la situation le rendait possible. Pour chacun d’eux, ces retrouvailles étaient « essentielles » à leur conception d’un rapport au monde qui ne s’incarne pas que dans un consumérisme effréné, fut-il légitimé par « l’esprit de Noël ».

 

Aujourd’hui et demain plus encore
En ce jour initialement dédié à notre réouverture, l’exaspération monte. A juste titre. La fragilisation de nos professions, nos théâtres, nos compagnies devient chaque jour plus concrète et palpable. Depuis des mois, nous bricolons ici et là des solidarités, qui ne sont plus suffisantes pour sauvegarder notre avenir.
Dans un contexte sanitaire maîtrisé, nos théâtres doivent pouvoir au plus tôt rouvrir leurs portes aux publics. Au prix, s’il le faut, d’un référé devant le Conseil d’Etat que plusieurs organisations syndicales professionnelles s’apprêtent à déposer.
Mais cela ne sera pas suffisant. L’année 2021 s’annonce catastrophique pour nos équilibres budgétaires. Le Ministère de la culture annonce un plan de 35 millions d’euros, qui devra pallier toutes les difficultés financières de tous les théâtres de France, hors Paris, sur les années 2021 et 2022. A coup sûr, ce plan ne sauvera pas, en l’état, l’ensemble de notre écosystème professionnel. La mobilisation ne fait que commencer.

 

Franck BECKER
Directeur de La Coursive et de La Coupe d’Or