STROMBOLI 

carte blanche fema

ROBERTO ROSSELLINI

Assignée dans un camp de réfugiés, Karin, une jeune Lituanienne, ne peut quitter l’Italie de l’après-guerre. Pour sortir du camp, elle accepte d’épouser Antonio, un jeune pêcheur de l’île volcanique de Stromboli. Mais la vie sur l’île devient rapidement un enfer pour elle…

 

Stromboli inaugure dans la carrière de Roberto Rossellini, pilier du néoréalisme, un partenariat artistique et amoureux inédit avec l’actrice suédoise Ingrid Bergman, ayant laissé derrière elle sa carrière hollywoodienne et sa vie de famille pour venir travailler avec lui. Etonnamment, leur premier film ensemble est aussi l’histoire d’une conversion. La prisonnière de guerre qu’interprète la comédienne sera, comme ses personnages à venir, amenée à se défaire de son masque civilisationnel au contact d’une terre archaïque – l’île volcanique de Stromboli, au nord de la Sicile – où la vie s’arrache par la force à une nature aride. Le cinéaste observe, à travers les épreuves de cette femme, et dans les moindres frémissements de son visage, le cheminement d’une grâce qui, aux cimes du désespoir, l’instruit de la terrible beauté de l’existence.
MATHIEU MACHERET- ADRC