STOP MAKING SENSE

JONATHAN DEMME

Décembre 1983, Pantages Theatre à Hollywood. David Byrne, leader des Talking Heads, s’avance sur une scène vide, lance une cassette audio et entame une version envoûtante du célèbre Psycho Killer. Les membres du groupe arrivent sur scène un par un, à chaque nouvelle chanson, pour créer l’un des concerts les plus mythiques de l’histoire du rock.
À sa sortie, en 1984 (août 1985 en France), Stop Making Sense fit événement dans les salles de cinéma. Cela tenait bien sûr à l’aura qui entourait le groupe new-yorkais Talking Heads, dépassant largement celle du public rock. Mais aussi à l’audace visuelle du réalisateur Jonathan Demme qui commençait à accéder à la reconnaissance et qui réalisera ensuite plusieurs classiques (Le Silence des Agneaux, Philadelphia). Il est rarissime qu’un concert filmé bénéficie d’un tel investissement créatif. Quelque chose comme une connivence de tous les instants avec la musique des Talking Heads, à la fois festive, totalement réfléchie et habilement émaillée de surprises. Quarante ans après avoir révolutionné le genre musical avec une énergie inédite, Stop Making Sense reste le film culte de l’univers du rock, une référence indépassable à découvrir sur grand écran.