SOUVENIRS D’EN FRANCE

ANDRÉ TÉCHINÉ

Vibrante chronique contant la vie d’une famille de la bourgeoisie provinciale marquée par les évènements qui viendront bouleverser la société française sur une période de trente ans, du Front Populaire aux mouvements sociaux de la fin des années 60. On y suit les destinées de plusieurs protagonistes gravitant tous autour de la figure centrale de Berthe, magistralement incarnée par Jeanne Moreau.

« Foutaises ! Foutaises ! » Elle le disait avec une incroyable désinvolture, une insolence teintée de snobisme, et un charme indescriptible. C’était dans Souvenirs d’en France d’André Téchiné (1975), un film à voir et à revoir tellement il était vivant et vibrant, chronique familiale et provinciale autour de ses mythes et ses figures. Téchiné se plaçait sous la double influence de Brecht et de Roland Barthes, B&B, faisant preuve d’un don pour le typage de ses personnages, leur donnant une profondeur romanesque tout en se tenant à la bonne distance. Marie-France Pisier avait déjà joué dans Paulina s’en va, le premier film de Téchiné, avant de poursuivre cette
complicité dans deux autres de ses films : Barocco, puis Les Soeurs Brontë où elle jouait le rôle de Charlotte, tandis que les deux Isabelle, Huppert (Anne) et Adjani (Émilie) complétaient un casting de rêve. À travers cette collaboration féconde avec Téchiné, Marie-France Pisier fut identifiée à une actrice antinaturaliste, travaillant son jeu et son langage en les calant sur une certaine idée de la mise en scène. Ce qu’on appelle dans le jargon cinéphile la «modernité ».
MARIE-FRANCE PISIER VUE PAR SERGE TOUBIANA – in DOSSIER DE PRESSE