SATOSHI KON, L’ILLUSIONNISTE

PASCAL-ALEX VINCENT

Le mangaka et cinéaste d’animation Satoshi Kon est mort brutalement en 2010, à l’âge de quarante-six ans. Il laisse une œuvre courte et inachevée, qui est pourtant parmi les plus diffusées et les plus influentes de l’histoire de la culture japonaise contemporaine.

Dix ans après sa disparition, ses proches et ses collaborateurs s’expriment enfin sur son travail, tandis que ses héritiers reviennent sur son legs artistique : Mamoru Oshii (Ghost in the Shell), Mamoru Hosoda (Les Enfants loups, Ame & Yuki), mais aussi le légendaire Masao Maruyama, cofondateur en 1971 du studio Madhouse qui a produit les films de Satoshi Kon. Quant aux cinéastes étrangers (Darren Aronofsky, Requiem for a Dream ; Jérémy Clapin, J’ai perdu mon corps), ils viennent évoquer l’importance de l’oeuvre de Kon à l’international.