RIVER OF GRASS

KELLY REICHARDT

Le premier long métrage de Kelly Reichardt, insolite et insolent, arrive enfin en salle… Une merveille de comédie policière dépressive.

Aux origines de Certaines femmes, Night Moves, Old Joy, Wendy et Lucy, il y eut d’abord River of Grass, tourné en 1994, qui sort enfin aujourd’hui. Cette «rivière d’herbe» c’est la région des Everglades, en Floride, près de Miami. C’est là que Kelly Reichardt a vécu, avec ses parents, tous deux policiers, son enfance et sa jeunesse. Et le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’en donne pas une image de carte postale. Car la caractéristique de River of Grass (et sans doute de tout le cinéma à venir de Reichardt), c’est qu’il contrecarre à chaque seconde la tentation du cliché. Kelly Reichardt a très bien décrit son film : « un road movie sans route, une histoire d’amour sans amour, une aventure criminelle sans crime». C’est exactement cela. Alors l’héroïne est une antihéroïne, le prince charmant est apathique et édenté, les vieux flics n’ont plus trop d’émotions sauf quand ils jouent de la batterie, se teignent les cheveux, perdent leur arme de service… C’est Bonnie and Clyde version losers (ils n’arrivent même pas à tuer quelqu’un, voire à s’aimer), une cavale absurde puisque sans utilité.
JEAN-BAPTISTE MORAIN – LES INROCKUPTIBLES, 04 SEPTEMBRE 2019