MARTIN EDEN

PIETRO MARCELLO

Une adaptation audacieuse de Martin Eden, chef-d’œuvre de Jack London. Luca Marinelli a reçu une méritée Coupe Volpi du meilleur acteur masculin à la Mostra de Venise.

[…] Avec des moyens qu’on sent réduits (le parti pris de situer l’action à une époque indéterminée, très gonflé, fonctionne étonnamment), Pietro Marcello transpose Jack London à Naples, et ça fonctionne à merveille. Marcello réussit à réaliser un film aussi politique que poétique, passionné, romanesque et romantique, en phase totale avec son personnage principal, ce marin qui décide de devenir écrivain contre vents et marées et qui y parvient. Avec le succès commence la déchéance. Un film déchirant.
JEAN-BAPTISTE MORAIN – LES INROCKUPTIBLES, 11 SEPTEMBRE 2019

Martin Eden raconte notre histoire, celle de ceux qui ne se sont pas formés dans la famille ou à l’école, mais à travers la culture rencontrée en chemin. C’est le roman de l’autodidacte, de celui qui croit en la culture comme
instrument d’émancipation et qui est resté en partie déçu. Un livre d’une grande pertinence politique, qui révèle la capacité de Jack London à percevoir les nuances ternes de l’avenir, les perversions et les tourments du XXe siècle. Nous avons imaginé que notre Martin traverserait le vingtième siècle, une transposition onirique du vingtième siècle, dépourvue de coordonnées temporelles, ne se situant plus dans la Californie du roman mais dans un Naples qui pourrait être n’importe quelle ville portuaire (pas seulement) d’Italie.
PIETRO MARCELLO et MAURIZIO BRAUCCI – in DOSSIER DE PRESSE