MADRES PARALELAS

PEDRO ALMODÓVAR

Deux femmes enceintes sans l’avoir désiré se lient d’amitié à la maternité… Almodóvar entremêle leurs destins dans un beau (mélo)drame qui questionne la transmission et la mémoire en convoquant, surprise, les fantômes du franquisme.

Si le film n’a pas tout le temps l’éclat magique des deux précédents longs métrages d’Almodóvar (JulietaDouleur et Gloire), il reste un modèle d’intensité. Le destin en marche, le tragique des existences s’y expriment comme chez bien peu de cinéastes aujourd’hui, remarquablement incarnés par Penélope Cruz (prix d’interprétation féminine à la Mostra de Venise) et ses partenaires, moins connus (Milena Smit, la jeune mère, Israel Elejalde, l’anthropologue). Tous s’acheminent vers un tableau final inoubliable, aussi bouleversant que réparateur.

LOUIS GUICHARD – TÉLÉRAMA, 30 NOVEMBRE 2021