LE PROCÈS CONTRE MANDELA ET LES AUTRES

NICOLAS CHAMPEAUX et GILLES PORTE

Ce documentaire exhume les enregistrements du procès emblématique de l’Afrique du Sud de l’apartheid, en 1963-1964, et donne la parole aux derniers survivants.

Il y a les voix de ces hommes dans la salle d’audience, sur lesquels plane la mort. Ces voix si proches, étonnamment chaudes. Leur ton déterminé. Leur calme. Dans Le Procès contre Mandela et les autres, il est question de violence, de racisme, de lutte armée… Ces accusés sont ceux du procès de Rivonia… Ils sont dix, dont Nelson Mandela, jugés en raison de leur engagement contre le pouvoir blanc. Certains appartiennent au Congrès national africain (ANC), d’autres pas. Ils savent qu’ils risquent la peine capitale. […] L’année est 1963. Le procès durera neuf mois et sera enregistré par un procédé technique en vogue à l’époque et disparu depuis. Il en subsiste 256 heures d’enregistrements, enfermées pendant un demi-siècle au fond des archives, puis sauvées. Cette montagne sonore permet de rendre palpable de façon presque troublante l’intensité de ce moment historique… […] Pour accompagner les enregistrements sonores avec délicatesse, les réalisateurs ont opté pour une animation à la fois forte, suggestive et toujours discrète. Les lignes de l’illustrateur Oerd van Cuijlenborg tracent des suggestions, des envolées de robe noire de procureur comme le fond de la nuit de l’apartheid… Le Procès contre Mandela et les autres est aussi le récit, en grand, d’une résistance. Aucune condamnation à mort ne sera prononcée. À la place, des peines de prison à vie. Une longue nuit, encore, avant la libération.

JEAN-PHILIPPE RÉMY – LE MONDE, 24 MAI 2018