LE GARÇON ET LE MONDE

ALÊ ABREU

Dans un coin perdu du Brésil, un enfant solitaire rêve et vit des moments de bonheur simple, batifolant au milieu d’une nature chatoyante et d’animaux bienveillants…

Le monde des adultes le rattrape quand son père doit les abandonner, lui et sa mère : cette pauvre campagne ne nourrit pas son homme. Le départ paternel déclenche chez l’enfant un énorme sentiment de perte dont il n’arrive pas à se remettre. Fatalement, un jour, il quitte à son tour la masure familiale. Commence alors une fugue à hauteur d’enfants, avec ses rencontres, ses amitiés, ses frayeurs, ses découvertes… Sans dialogue, le film ne recourt qu’à des moyens graphiques pour exprimer le ressenti du garçon et des autres personnages, souvent réduits à des archétypes. Alê Abreu oppose à la somptuosité des décors traités aux crayons de couleur une simplicité des personnages, réduits à des cercles ou des ovales pour le visage: les yeux, la bouche et les sourcils sont traités comme des signes, leur visage n’a guère besoin de mots pour se faire comprendre, la gestuelle et l’attitude corporelle suffisant le plus souvent à exprimer leurs sentiments…

in «LE CINÉMA D’ANIMATION EN 100 FILMS», SOUS LA DIRECTION DE XAVIER KAWA-TOPOR ET PHILIPPE MOINS, ED. CAPRICCI, 2016