LA MESSE EST FINIE

NANNI MORETTI

Un an après Bianca, Moretti poursuit avec La Messe est finie sa réflexion sur la quête du bonheur et la difficile confrontation entre les principes et la réalité.

Avec l’ironie et le ton doux-amer qui caractérisent son œuvre, il campe un jeune prêtre faisant face à une profonde crise existentielle. Lui qui a choisi de consacrer sa vie à ses prochains finit par ne plus pouvoir les supporter… À l’instar du personnage de Michele dans Bianca, Don Giulio est tout autant pétri de morale mais, à la différence du premier, comprend que l’on ne peut forcer les gens au bonheur. En outre, son refus de se résigner face à une société de plus en plus individualiste et hédoniste dénote malgré tout un certain optimisme,
même si le temps du refuge et du bonheur incarné par l’enfance est derrière lui… Lauréat de l’Ours d’argent au Festival de Berlin de 1986, La Messe est finie est un film grave, drôle, profond qui, à l’instar de sa scène finale, fait passer le spectateur du rire aux larmes.
in DOSSIER DE PRESSE