LA FIÈVRE DE PETROV

KIRILL SEREBRENNIKOV

Affaibli par une forte fièvre, Petrov est entraîné par son ami Igor dans une longue déambulation alcoolisée, à la lisière entre le rêve et la réalité…
Le réalisateur de Leto livre ici un film qui restera comme l’un des plus stupéfiants de la dernière compétition cannoise : une oeuvre sonore, bavarde, mêlant sans discontinuer le réel et la vie délirée des personnages, qui entraîne le spectateur dans un voyage mental, un véritable trip cinématographique. […] Virtuosité des prises de vues, fluidité du montage, le spectacle est total : on s’accroche à la barre du « trapèze » et on ne lâche plus des yeux la performance des acteurs… Le numéro à ne pas manquer est ce planséquence de dix-huit minutes durant lequel un écrivain, interprété par le musicien ukrainien Ivan Dorn, essaie de convaincre un éditeur de lire son dernier ouvrage : à ce moment précis, les techniques du cinéma se mêlent à celles du théâtre (changement de décor, nouvel univers temporel) et créent une détonation visuelle.