LA FEMME QUI S’EST ENFUIE

HONG SANG-SOO

Pendant que son mari est en voyage d’affaires, Gamhee rend visite à trois de ses anciennes amies. A trois reprises, un homme surgit de manière inattendue et interrompt le fil tranquille de leurs conversations…

On a souvent comparé Hong Sang-soo à Rohmer, son formalisme fondé sur la captation du prosaïque du quotidien et de la nature évoque peut-être davantage Cézanne (son peintre préféré) et Ozu. […] La première impression qui se dégage de cette Femme qui s’est enfuie est un sentiment de facilité, d’improvisation et de légèreté. C’est en fait le signe d’une extrême précision. […] La parole s’y déploie avec aisance et spontanéité. On parle sans conséquence – on babille – et pourtant on réalise assez vite que chaque mot et chaque silence sont justes. JULIEN REJL