FRANCE

BRUNO DUMONT

France est à la fois le portrait d’une femme, journaliste à la télévision, d’un pays, le nôtre, et d’un système, celui des médias.

Dixième long métrage de cinéma pour Bruno Dumont, qui pose avec France une nouvelle pierre, celle d’un chef-d’oeuvre spectral et éblouissant, taillant à la hallebarde, avec une finesse d’orfèvre, dans l’imbécillité en réseau, le cynisme des élites, l’injustice hurlante qui sont devenus notre quotidien. C’est un portrait d’époque d’une justesse hallucinée que nous tend France. […] Lieu de l’action : ici et maintenant. Personnage central : France de Meurs (Léa Seydoux), journaliste vedette d’une chaîne d’info en continu. Au diapason du lacanisme folâtre de l’auteur, on entendra dans le nom de l’héroïne la mort spirituelle de la nation qui la nomme en même temps que l’invocation de sa pérennité. […] Il faut à cet égard saluer le courage, ou l’inconscience des acteurs qui prêtent leur talent à Bruno Dumont, sachant que le cinéaste les engage toujours – qu’ils soient ou non professionnels – pour ce qu’ils sont. On n’aura, de fait, jamais vu Léa Seydoux mieux saisie, mieux mise en danger, mieux révélée que par ce film. Entre la beauté glacée et égocentrique du gotha et la décompensation éplorée de la petite fille riche qui ne comprend pas ce qui lui arrive, Dumont fait avancer l’actrice, en même temps que son personnage, le long d’un chemin ténu, où la vérité de la fêlure qui s’ouvre en elle est l’unique et d’autant plus précieux instant où nous puissions la rejoindre et ressentir pour cette France notre inquiétude et notre compassion.
JACQUES MANDELBAUM – LE MONDE, 15 JUILLET 2021