ÊTRE VIVANT ET LE SAVOIR

ALAIN CAVALIER

Pour lutter contre son chagrin, pour qu’Emmanuèle Bernheim –romancière, essayiste et scénariste disparue en mai 2017 – reste vivante, Alain Cavalier a travaillé les images de son journal vidéo, tenu régulièrement et témoin de leur entente en les enrichissant de séquences nouvelles. D’un film disparu, il fait un film retrouvé…
CINÉ EUROPA

Avec Emmanuèle Bernheim, une amitié de trente ans faite de rendez-vous au restaurant et de longues conversations. Après la lecture de son livre Tout s’est bien passé, j’éprouve la nécessité de le mettre en film. Il raconte comment son père lui a demandé « d’en finir », à la suite d’un accident vasculaire qui a changé sa vie. Aujourd’hui, j’ai l’âge qu’il avait lorsqu’il a choisi l’heure de sa mort. Ce choix me pousse à être lui devant ma caméra. Emmanuèle se raidit quand je lui propose d’être filmée à mes côtés, dans son propre rôle. Elle a ses raisons qu’elle tient en partie secrètes. L’acceptation vient avec le plaisir du travail : adapter tous les deux son
livre, choisir ceux qui vont nous accompagner. Jusqu’à son appel, un matin d’hiver, m’annonçant que le tournage devra être retardé jusqu’au printemps. Elle va être opérée d’urgence.
ALAIN CAVALIER in DOSSIER DE PRESSE