DANS LA TERRIBLE JUNGLE

OMBLINE LEY, CAROLINE CAPELLE

Une traversée fantasque et musicale de l’adolescence, ou comment péter les plombs de manière adaptée. A l’Institut médico-éducatif la Pépinière à Loos les Lille, une dizaine d’adolescents, insoumis, francs et spontanés se prêtent au jeu de la mise en scène et du cinéma. Terrain d’expérimentations musicales, poétiques, amoureuses et philosophiques, le centre prend alors un caractère d’exutoire, devenant à la fois lieu de confidences, et révélateur d’un tiraillement perpétuel entre deux mondes : l’extra-ordinaire et la quête de la normalité.

Si la fonction du cinéma documentaire est d’inscrire durablement dans nos mémoires et nos pensées des destins qui ne sont pas les nôtres, Dans la terrible jungle y parvient avec grâce, élégance et humour. La raison? Ses auteures ont tenté autre chose. Elles n’ont pas voulu rendre compte du handicap ni même expliquer quoi que ce soit. Elles ont eu envie de faire un film avec ces adolescents, et non sur eux; un film dans lequel ils vivraient leur vie d’adolescents et rejoueraient pour la caméra des moments de leur quotidien. Paradoxalement, ce regard distancié, amoureux des cadres bien composés et des scènes bien balancées est un formidable outil de rapprochement : déchargés des sentiments compassés, notre pensée libérée, le regard affûté, nous participons activement à la découverte d’un monde que nous connaissons mal mais dont nous nous sentons ainsi plus proches. Loin d’être déplacé, le souci esthétique ayant présidé à la confection de ce film ne surplombe pas son sujet, lui rendant au contraire une beauté confisquée.
JEAN-LOUIS GONNET, PHILIPPE FERNANDEZ – WWW.ACID.ORG, 2018