BAD LUCK BANGING OR LOONY PORN

RADU JUDE

Emi, une enseignante, voit sa carrière et sa réputation menacées après la diffusion sur Internet d’une sextape tournée avec son mari. Forcée de rencontrer les parents d’élèves qui exigent son renvoi, Emi refuse de céder à leur pression, et questionne alors la place de l’obscénité dans nos sociétés.

Le film est né au fil de conversations avec des amis. À plusieurs reprises, nous avons longuement discuté de faits-divers mettant en cause des professeurs expulsés de leurs écoles pour des motifs relevant de leur vie privée : discussion sexuelle en direct via web-cam, diffusion de contenus intimes… Nos échanges étaient si animés que je me suis dit que c’était loin d’être un sujet banal ou superficiel. J’ai donc décidé d’en faire un film. Celui-ci se compose de trois parties qui s’entrelacent de manière poétique – entendre «poétique» selon la définition qu’en donne André Malraux : «Sans doute toute vraie poésie est-elle irrationnelle en ce qu’elle substitue, à la relation “ établie ” des choses, un nouveau système de relations.» Si le titre du film est en grande partie explicite, son sous-titre – « esquisse d’un film populaire » – demande à être éclairci. Malraux a écrit un jour que « Delacroix, bien qu’affirmant la supériorité du tableau achevé sur l’esquisse, a conservé nombre de ses esquisses, dont il considérait la qualité en tant qu’oeuvres d’art comme égale à celle de ses meilleurs tableaux ». L’idée m’a paru pertinente. J’ai décidé de l’appliquer à la réalisation de mes films, de voir à quoi ressemblerait l’un d’eux si sa forme était laissée ouverte, inachevée, comme une ébauche. Et « populaire », car je crois que le film pourrait être aussi léger qu’une brise d’été. Son sujet rappelle d’ailleurs certains articles que l’on peut lire dans la presse à scandale. Mais il s’agit davantage de l’esquisse d’un film populaire.
RADU JUDE in DOSSIER DE PRESSE