Partager
Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

Tristan et Isolde / Ballet de Genève / Joëlle Bouvier

Places disponibles
Danse
Grand Théâtre
  • photo_gregory_batardon_50a1929_14991709983368.jpg
  • photo_gregory_batardon_50a2280_14991709984945.jpg
  • photo_gregory_batardon_50a1947_14991709983844.jpg
  • photo_gregory_batardon_50a2263_1499170998714.jpg
  • photo_gregory_batardon_50a2624_1499170998182.jpg
  • tristan_et_isolde_photo_gregory_batardon_50a2774_149917099856.jpg
  • 192_3_spmlm-photogregorybatardon13_14991709984532.jpg
  • photo_gregory_batardon_50a2209_14991709984836.jpg
  • photo_gregory_batardon_50a2708_14991709981506.jpg
  • tristan_et_isolde_photo_gregory_batardon_50a2731_1499170998985.jpg
  • 192_1_spmlm-photogregorybatardon23_14991709984356.jpg
  • photo_gregory_batardon_50a2571_1499170998780.jpg
  • tristan_et_isolde_photo_gregory_batardon_50a1966_149917099842.jpg
  • 192_2_spmlm-photogregorybatardon7_14991709982563.jpg
  • Description
    Dates de représentation
    • mar 23 janv. 20h30
    • mer 24 janv. 20h30
    • Durée 1h25
    • Tarifs Noir
      Normal28€
      Carte La Coursive21€
      Carte La Coursive -26 ans16€
    • Ouverture des réservations Cartes La Coursive ven 22 déc. Tous publics mar 9 janv.

    Un mythe, immense. Un grand ballet. Sur la musique si forte de Wagner, les thèmes de Tristan et Isolde renaissent par la grâce du Ballet du Grand Théâtre de Genève : l’amour empêché, la trahison, le pardon…

    Réduisant les trois actes du célèbre opéra à une heure et demie de danse, la chorégraphe Joëlle Bouvier s’est merveilleusement plongée dans la matière onirique de Tristan et Isolde, à travers des corps tour à tour exaltés, tourmentés, vigoureux.

    La passion déchirante des deux amants, poussée par la puissance wagnérienne, emporte danseurs et danseuses dans un royaume sensuel inexploré. Inspiré par l’amour impossible de Richard Wagner pour la poétesse Mathilde Wesendonck, Tristan et Isolde offre ainsi un drame qui se contorsionne sur lui-même en une passion d’une intensité telle qu’elle ne peut qu’aboutir à une fin tragique.

    Ensembles coulant en rivière humaine, duos voluptueux, vertigineuses circonvolutions des corps, Joëlle Bouvier a su traduire par le geste ces moments d’extase, où la haine côtoie les flammes de l’amour consumé. Les souffrances trouveront leur résolution dans la nuit, et, comme dans Roméo et Juliette (son précédent spectacle), jusque dans la délivrance ultime… et fatale.

    On connaît la perfection qu’impose de danser au Ballet du Grand Théâtre de Genève. Une fois encore, ses remarquables interprètes prouvent toute l’exigence de ce fleuron de la danse européenne.

    C’est superbe, tout simplement.

     

    «Mais aujourd’hui encore, je cherche en vain une oeuvre qui ait la même dangereuse fascination, la même effrayante et suave infinitude que Tristan et Isolde. Le monde est pauvre pour celui qui n’a jamais été assez malade pour goûter cette “volupté de l’enfer ”. » Friedrich Nietzsche, «Ecce Homo»

     

    chorégraphie pour 22 danseurs

     

    Ballet du Grand Théâtre de Genève

    directeur général Tobias Richter

    directeur du Ballet Philippe Cohen


    chorégraphie Joëlle Bouvier

    assistants chorégraphes Rafael Pardillo, Emilio Urbina

    musique Richard Wagner

    scénographie Emilie Roy

    costumes Sophie Hampe

    lumière Renaud Lagier


    avec le soutien de Pro Helvetia

  • Vidéos