Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

L’Etat de siège / Albert Camus / Emmanuel Demarcy-Mota

Places disponibles
Théâtre
Grand Théâtre
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez075_14991633163223.jpg
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez064_14991633161172.jpg
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez012_1499163315104.jpg
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez032_1499163315846.jpg
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez115_14991633154684.jpg
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez125_14991633162843.jpg
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez044_14991633151214.jpg
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez036_14991633152464.jpg
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez016_14991633163929.jpg
  • letatdesiege1-jeanlouisfernandez086_14991633164303.jpg
  • Description
    Dates de représentation
    • mer 31 janv. 20h30
    • jeu 1 févr. 19h30
    • ven 2 févr. 20h30
    • Durée 1h50
    • Tarifs Noir
      Normal28€
      Carte La Coursive21€
      Carte La Coursive -26 ans16€
    • Ouverture des réservations Exceptionnelle, tous publics jeu 21 déc.

    La peur. Ce sentiment capable de tout est au coeur de la pièce d’Albert Camus et, toujours, au coeur de notre époque. Peur du déclassement, de l’étranger, de la violence aveugle qui a frappé le pays. Peur de l’Autre, peur du monde, de l’Europe ou du voisin. La peur… incontrôlable, irraisonnée, manipulée… Elle est l’outil des forts et l’exutoire des faibles.

    Emmanuel Demarcy-Mota a fait de la résistance à la peur le noeud de sa nouvelle production. Métaphore d’un pouvoir totalitaire basé sur la terreur, le texte de Camus parle de résignation et de combat, de «pulsions de mort » face aux «puissances de la vie», de révolte et de salut. Une pièce rare, peu montée de nos jours, écrite en 1948 après l’indicible épreuve de la guerre.

    Dans une ville attentiste où le gouverneur se déclare lui-même «roi de l’immobilité», où règnent la corruption et le déni, surgit « La Peste», accompagnée de sa secrétaire. Arrivant au pouvoir, elle met tous les habitants au pas, instaure un régime dictatorial avec son lot de purges, de menaces, de morts et d’asservissements. Face au pire, l’amour de Diego et Victoria semble dès lors le seul rempart. La puissance des sentiments, la liberté inaltérable de l’individu et la lutte acharnée pour sauvegarder l’humanisme auront-elles raison de l’infâme système?

    Emmanuel Demarcy-Mota se fait une nouvelle fois l’architecte du rêve avec cette allégorie vertigineuse du fascisme. Un théâtre flamboyant, total et choral, politique et poétique. Dans un décor prodigieux, sa troupe habituelle emporte le public dans une spirale étourdissante. Serge Maggiani, Hugues Quester, Valérie Dashwood, Alain Libolt, Matthieu Dessertine, Philippe Demarle et les autres… quelle magnifique bande d’acteurs.

    On sort soufflés de L’Etat de siège, déboussolés, certains d’avoir assisté à une pièce essentielle sans pour autant en définir tous les contours.

    C’est ça le théâtre.

     

    «Il n’est pas douteux que la France soit un pays beaucoup moins raciste que tous ceux qu’il m’a été donné de voir. C’est pour cela qu’il est impossible d’accepter sans révolte les signes qui apparaissent, çà et là, de cette maladie stupide et criminelle.»  

    Albert Camus, «Combat», 10 mai 1947

     

    texte Albert Camus

    mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota

    assistant à la mise en scène Christophe Lemaire

    scénographie Yves Collet

    lumière Yves Collet, Christophe Lemaire

    costumes Fanny Brouste

    création sonore David Lesser

    création vidéo Mike Guermyet

    maquillage Catherine Nicolas

    accessoires Griet de Vis

    masques Anne Leray


    avec

    Serge Maggiani, Hugues Quester

    Alain Libolt, Valérie Dashwood

    Matthieu Dessertine

    Jauris Casanova

    Philippe Demarle, Sandra Faure

    Sarah Karbasnikoff, Hannah Levin

    Seiderman, Gérald Maillet

    Walter N’Guyen, Pascal Vuillemot

     

    production Théâtre de la Ville-Paris

    coproduction BAM (Brooklyn Academy of Music-New York), Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Théâtre National de Bretagne-Rennes.

    avec la participation artistique du Jeune théâtre national

    La pièce L’Etat de siège est éditée chez Gallimard-Folio