Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Le Sacre du Printemps / Dominique Brun

Places disponibles
Danse
Grand Théâtre
  • 2_sacre2_dominque_brun_alain_julien_042_14991629103517.jpg
  • 5_dominique_brunherve_veronese_centre_pompidou-8_1499162907413.jpg
  • 12_dominique_brunherve_veronese_centre_pompidou-35_1499162906923.jpg
  • 11_sacre2_dominque_brun_alain_julien_051_14991629083900.jpg
  • 3_sacre2_dominique_brun_marc_domage_9884_14991629083588.jpg
  • 4_sacre2_photolaurentphilippe_14991629073062.jpg
  • sacre_version_pianola_14991629071951.jpg
  • 9_dominique_brunherve_veronese_centre_pompidou-52_14991629063079.jpg
  • 1_sacre2_dominque_brun_alain_julien_02_14991629082417.jpg
  • sacre_version_pianola3_14991629092785.jpg
  • sacre_version_pianola2_14991629102427.jpg
  • Description
    Dates de représentation
    • mar 5 déc. 20h30
    • mer 6 déc. 20h30
    • Durée 1h35
    • Tarifs Noir
      Normal28€
      Carte La Coursive21€
      Carte La Coursive -26 ans16€
    • Ouverture des réservations Cartes La Coursive mar 7 nov. Tous publics mar 21 nov.

    Voici un défi de taille, intrépide, aussi passionnant qu’exigeant: remonter une chorégraphie nouvelle sur une partition fétiche, LE mythe fondateur de la danse contemporaine, une oeuvre révolutionnaire qui fit scandale par sa radicalité, Le Sacre du printemps, créé en 1913 à Paris par Stravinsky et Nijinski. Il a connu plus de deux cents relectures, de Maurice Béjart à Pina Bausch.

    En première partie, le public découvre la recréation historique du Sacre, dans le dispositif spectaculaire de 1913, avec costumes, perruques, lumières, toiles peintes du décor et sur la version orchestrale originelle. Puis la seconde partie propose une vision brute de la pièce, qui vise à extraire la danse du décorum pour exposer davantage les corps. Deux lectures bouleversantes, deux expériences successives de la même chorégraphie dans des environnements sonores et visuels distincts. Un trait d’union, comme un miroir entre le mythe et son fantasme, sa légende.

    L’histoire d’amour de Dominique Brun avec Nijinski a commencé avec L’Après-midi d’un faune –première pièce chorégraphiée par le maître en 1912, sur les notes de Debussy– qu’elle recréa en 2009. Depuis plusieurs années, la chorégraphe, entourée de deux chercheurs de l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), tente de ressusciter le Sacre avec minutie et passion. Trouver du mouvement là où les archives, bien que nombreuses, font défaut : témoignages et critiques de l’époque, dessins, photographies, annotations, indications de postures, de rythmes, procédés de compositions… Un travail de fourmi –ou de titan, au choix. Une création virtuose, à double détente, dont le résultat est saisissant et réjouissant.

     

    chorégraphie pour 30 danseurs

     

    chorégraphie Dominique Brun

    selon et d’après Vaslav Nijinski

    Recréation de la danse de Vaslav Nijinski de 1913, présentée dans deux versions différentes

     

    assistante chorégraphique Sophie Jacotot

    direction technique Christophe Poux

    création lumières Sylvie Garot

    costumes Laurence Chalou

    assistée de Léa Rutkowski

    peintures costumes Camille Joste

    coiffures Guilaine Tortereau

    peinture toiles Odile Blanchard, Giovanni Coppola


    musique

    1ère partie : Le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky sur instruments d’époque par l’Orchestre Les Siècles sous la direction de François-Xavier Roth

    2nd partie : Le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky,réduction de la partition pour pianola, interprété par Rex Lawson

     

    coproduction Association du 48, Ligne de Sorcière, Le Manège Scène Nationale Reims, Théâtre des Bergeries Noisy-le-Sec, Arcadi (Action régionale pour la création artistique et la diffusion en Ile-de-France), MC2 : Scène Nationale Grenoble, L’Apostrophe Scène Nationale Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise, Ballet du Nord, Olivier Dubois - Centre Chorégraphique National de Roubaix Nord-Pas de Calais, Le Théâtre Scène Nationale Saint-Nazaire, Le Grand R Scène Nationale 24 La Roche-sur-Yon

    avec le soutien des Treize Arches Scène conventionnée de Brive, du Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort ; du Centre Chorégraphique National de Caen/Basse Normandie, du Centre Chorégraphique National de Grenoble (accueils studios), de l’Opéra National de Bordeaux, de la DRAC Ile-de-France /Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l’aide au projet de création et de l’aide à la résidence chorégraphique.

    Avec le soutien de l’Adami, et l’aide à la diffusion d’Arcadi.

  • Vidéos