Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Alonzo King Lines Ballet

Places disponibles
Danse
Grand Théâtre
  • sans_titre_1_sur_1_14671007833617.jpg
  • sans_titre_1_sur_1-5_14671007834203.jpg
  • sans_titre_1_sur_1-8_14671007831052.jpg
  • sans_titre_1_sur_1-4_14671007833069.jpg
  • sans_titre_8_sur_10_14671007833752.jpg
  • sans_titre_5_sur_10_1467100783432.jpg
  • sans_titre_10_sur_10_14671007831914.jpg
  • sans_titre_4_sur_10_14671007834150.jpg
  • sans_titre_9_sur_10_14671007833544.jpg
  • sans_titre_3_sur_10_14671007834554.jpg
  • Description
    Dates de représentation
    • jeu 30 mars 20h30
    • ven 31 mars 20h30
    • sam 1 avr. 20h30
    • Durée 1h45
    • Tarifs Noir
      Normal28€
      Carte La Coursive21€
      Carte La Coursive -26 ans16€
    • Ouverture des réservations Cartes La Coursive mar 28 févr. Tous publics jeu 16 mars

    Soufflés. Nous fûmes littéralement soufflés par la dernière venue du chorégraphe américain Alonzo King à La Coursive, en 2013, avec ses deux chorégraphies Resin et Meyer. Sa compagnie Lines Ballet est un joyau unique en son genre, fait de technique, de complexité, de performance, de projections plastiques impressionnantes et d’une modernité sans détour. Alonzo King est un chorégraphe du présent, aimant à multiplier les collaborations comme autant de passerelles entre les arts. Une vision sensuelle et sophistiquée du ballet contemporain, explosant encore dans les deux pièces présentées cette saison.

    D’abord, le sable, immémorial matériau et ensemble indénombrable, est au coeur de la thématique de Sand la bien-nommée. On a souvent dit que les êtres humains étaient comme de minuscules cailloux placés très proches les uns des autres pour qu’ils se frottent jusqu’à ce que leurs bords deviennent lisses. Avec le sable au coeur du jeu, toutes les portes métaphoriques sont ouvertes. Côté son, rien de moins que le piano sauvage de Jason Moran et le saxophoniste Charles Lloyd – que l’on retrouvera par ailleurs en quintet cette saison.

    Puis l’art si spécifique de Bernie Krause, qui enregistre depuis quarante ans des paysages sonores, vient irriguer Biophony. Les corps se mêlent à une symphonie du vivant, semblant s’oublier dans le chant de la terre, de la boue, des animaux qui les entourent. Entre civilisé et primitif, Biophony vibre fort.

    Avec Biophony et Sand, Alonzo King opère un retour fracassant à La Coursive, repoussant plus loin les limites de l’éblouissant et de l’énigmatique.

     

    SAND

    chorégraphie pour 12 danseurs

    chorégraphie Alonzo King

    musique Charles Lloyd, Jason Moran

    lumière Axel Morgenthaler

    décors Christopher Haas

    costumes Robert Rosenwasser

    L’oeuvre SAND (LE SABLE, en français) a en partie pu voir le jour grâce au Lisa and John Pritzker Family Fund, à Marcia et à Richard Grand et à la fondation Bernard Osher


    BIOPHONY

    chorégraphie pour 12 danseurs

    chorégraphie Alonzo King

    musique, environnement sonore Bernie Krause, Richard Blackford

    lumière Axel Morgenthaler

    costumes Robert Rosenwasser


    tournée française

    Agence Artistique Danse Le trait D’union