Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Jusqu’à la garde

Réalisateur : Xavier Legrand
Avec ... : Denis Ménochet, Léa Drucker, Thomas Gioria, Mathilde Auneveux, Mathieu Saïkaly, Florence Janas…
Scénario : Xavier Legrand

Avant- première

 

VENISE 2017: LION D’ARGENT MEILLEUR RÉALISATEUR / LION DU FUTUR (meilleur premier film)

Séances :
  • lun 29 janv.20:30
  • mer 7 févr.20:30
  • jeu 8 févr.14:00
  • jeu 8 févr.18:00
  • ven 9 févr.14:00
  • ven 9 févr.18:00
  • sam 10 févr.17:15
  • sam 10 févr.21:00
  • dim 11 févr.17:30
  • lun 12 févr.16:30
  • lun 12 févr.20:30
  • mar 13 févr.14:00
  • mar 13 févr.18:00
  • mer 14 févr.17:30
  • mer 14 févr.20:00
  • jeu 15 févr.14:30
  • jeu 15 févr.17:30
  • ven 16 févr.15:30
  • ven 16 févr.20:00
  • sam 17 févr.17:30
  • dim 18 févr.16:30
  • dim 18 févr.20:30
  • lun 19 févr.18:00
  • mar 20 févr.14:30
  • mar 20 févr.20:00
Durée : 1h33
Origine : France
Année : 2017
Type : scope-couleur

Divorce et conflits pour la garde des enfants entre une femme et son mari. Mais pourquoi a-t-elle eu besoin de lui échapper?… Ce thriller a déjà raflé des prix à la Mostra de Venise, à San Sebastián et à Saint-Jean-de-Luz. Normal : ce film de terreur domestique impressionne par sa maîtrise et vous cloue dans votre fauteuil pendant une heure trente. Le cinéaste entre d’emblée dans la cour des grands, aux trousses d’Hitchcock mais aussi de Claude Chabrol. Non, on n’exagère pas…

Guillemette Odicino

Télérama (tiré à part, Festival 2018)

 

 

Myriam et Antoine Besson se séparent après une vie et deux enfants ensemble: Joséphine, dix-sept ans et Julien, dix ans. Désorienté, le père a pris un travail près de la maison de ses beaux-parents où son ex-femme et ses enfants se sont réfugiés. Alors qu’aucun des deux enfants ne veut voir celui qu’ils appellent «l’autre», la juge donne un droit de visite à Antoine qui fait des kilomètres chaque week-end en attendant son nouveau travail pour voir son fils. Entre Myriam qui se cache chez ses parents et refuse de parler à son excompagnon et Antoine qui vit avec un désespoir violent la dépossession de sa famille, le petit Julien (étonnant Thomas Gioria) est tiraillé entre ses parents tandis que la violence la plus profonde monte accompagnée d’un malaise insoutenable.

Dès la première scène chez la juge, tout est dit : la grande sobriété du film, le jeu infiniment précis et bouleversant des acteurs et une grandeur dans la gestion des mots et des silences, qui rappelle le meilleur d’une certaine tradition du cinéma français, quelque part entre Clouzot et Miller. Parfaitement mis en scène, faisant l’économie du pathos comme de la musique, juste socialement sans jamais surligner cet aspect, généreux avec ses personnages secondaires et ténébreusement beau jusqu’à son titre…Jusqu’à la garde est un film qui laisse le spectateur soufflé. Xavier Legrand est un réalisateur dont on n’a pas fini d’entendre parler… Yaël Hirsch, www.toutelaculture.com, 1er décembre 2017

 


 

 

Comment avez-vous utilisé et travaillé les différents genres cinématographiques –réalisme, drame social, suspense, thriller– pour enrichir les différents aspects de votre film?

XAVIER LEGRAND: Je me suis d’abord beaucoup documenté. J’ai fait des investigations auprès d’une juge aux affaires familiales, interrogé des avocats, des policiers, des travailleurs sociaux et même des groupes de parole d’hommes violents. Un sujet aussi délicat exige d’être au plus proche de la réalité tout en évitant de tomber dans l’écueil du simple documentaire, ou d’un drame social qui ne raconterait finalement qu’un fait divers. C’est en inversant le point de vue de l’histoire que j’ai pu mettre en exergue le suspense du quotidien. J’ai adopté une dramaturgie où nous suivons bien un «héros»: Antoine, mais du point de vue des différents obstacles qu’il doit surmonter pour arriver à ses fins: la juge, son fils et son ex-femme. Ainsi le spectateur vit en temps réel le doute de la juge, la pression subie par l’enfant et la terreur de la femme traquée. J’ai voulu donner une lecture politique et universelle du sujet, tout en plongeant le spectateur dans une histoire de cinéma de genre (celui du monstre qui cherche sa proie), où le suspense et la tension alimentent le récit et vice-versa.

in Dossier de presse